Accueil > Critiques > 2013

Cloud Cult - Love

vendredi 8 mars 2013, par marc

La taille de nos coeurs


Cloud Cult est un groupe comme on les aime, intègre et à forte personnalité. L’album précédent nous avait laissé un peu sur notre faim parce que la folie était un peu moins présente, mais on a continué à garder une sympathie certaine pour la formation du Minnesota qui sort tout de même son neuvième album. Cette folie n’a pas réapparu subitement, mais dès It’s Your Decision, on sent une vraie belle intensité.

Il y a toujours plus dans une chanson de Cloud Cult. Leur habitude d’en faire trop est toujours aussi réjouissante parce que malgré tous les effets, malgré l’ampleur, cette musique n’est pas imposante, elle reste intime, personnelle. Ce groupe sait créer une intimité avec son auditeur. C’est une maison accueillante qui ne paye pas de mine de l’extérieur mais que l’architecture complexe rend très spacieuse. Autre paradoxe, ce groupe a l’air de fonctionner dans la vie comme une communauté. Si la musique évoque sans conteste le vivre ensemble, et une œuvre vraisemblablement collective, on est loin des nouveaux hippies à la Edward shape And The Magnetic Zeros. De plus, le son n’a jamais cédé à la mode de la fausse déglingue. Les violons sont toujours à deux doigts d’être synthétiques, et ils ne lésinent pas sur les explosions bien agréables de 1x1x1.

Quand on prête une oreille plus attentive à ce qu’ils chantent, on peut détecter çà et là quelques indications sur leurs intentions. Life is a playground/But it takes a lot of work par exemple est assez révélatrice de leur volonté de discipliner leur créativité. Et ils ont raison, puisqu’ils poussent la densité très loin sur Sleepwalker. Le très beau It’s Your Decision convoque tout, le piano, le roulement de batterie, des violons toujours à deux doigts d’être synthétiques et un cœur gros comme ça pour en faire un grand moment.

On sent leur envie, leur goût de se mettre ensemble pour beugler Complicated Creation. Comme ils le disent si bien In the end we are measured by the size of our hearts/So we can’t do this alone (Good Friend).

Une fois qu’ils ont pris congé de nous sur l’incandescent The Show Starts Now, on les raccompagne sur le pas de la porte, on leur fait au revoir de la main, certains qu’on est de les accueillir encore et encore.

http://www.cloudcult.com/index.html
http://www.myspace.com/cloudcult

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)