Accueil > Musique > 2013 > Cloud Cult - Love

Cloud Cult - Love

vendredi 8 mars 2013, par Marc

La taille de nos coeurs


Cloud Cult est un groupe comme on les aime, intègre et à forte personnalité. L’album précédent nous avait laissé un peu sur notre faim parce que la folie était un peu moins présente, mais on a continué à garder une sympathie certaine pour la formation du Minnesota qui sort tout de même son neuvième album. Cette folie n’a pas réapparu subitement, mais dès It’s Your Decision, on sent une vraie belle intensité.

Il y a toujours plus dans une chanson de Cloud Cult. Leur habitude d’en faire trop est toujours aussi réjouissante parce que malgré tous les effets, malgré l’ampleur, cette musique n’est pas imposante, elle reste intime, personnelle. Ce groupe sait créer une intimité avec son auditeur. C’est une maison accueillante qui ne paye pas de mine de l’extérieur mais que l’architecture complexe rend très spacieuse. Autre paradoxe, ce groupe a l’air de fonctionner dans la vie comme une communauté. Si la musique évoque sans conteste le vivre ensemble, et une œuvre vraisemblablement collective, on est loin des nouveaux hippies à la Edward shape And The Magnetic Zeros. De plus, le son n’a jamais cédé à la mode de la fausse déglingue. Les violons sont toujours à deux doigts d’être synthétiques, et ils ne lésinent pas sur les explosions bien agréables de 1x1x1.

Quand on prête une oreille plus attentive à ce qu’ils chantent, on peut détecter çà et là quelques indications sur leurs intentions. Life is a playground/But it takes a lot of work par exemple est assez révélatrice de leur volonté de discipliner leur créativité. Et ils ont raison, puisqu’ils poussent la densité très loin sur Sleepwalker. Le très beau It’s Your Decision convoque tout, le piano, le roulement de batterie, des violons toujours à deux doigts d’être synthétiques et un cœur gros comme ça pour en faire un grand moment.

On sent leur envie, leur goût de se mettre ensemble pour beugler Complicated Creation. Comme ils le disent si bien In the end we are measured by the size of our hearts/So we can’t do this alone (Good Friend).

Une fois qu’ils ont pris congé de nous sur l’incandescent The Show Starts Now, on les raccompagne sur le pas de la porte, on leur fait au revoir de la main, certains qu’on est de les accueillir encore et encore.

http://www.cloudcult.com/index.html
http://www.myspace.com/cloudcult

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)