Accueil > Musique > 2013 > John Grant - Pale Green Ghosts

John Grant - Pale Green Ghosts

samedi 16 mars 2013, par Marc

Jeteur de ponts


Même si je n’avais jamais entendu parler des Czars (à tort d’après ce que j’ai pu comprendre), John Grant était apparu tout de suite familier avec son premier album solo. Notamment parce qu’il pouvait compter sur ses copains de Midlake pour l’épauler, ce qui nous a valu un bien beau Queen Of Denmark. Si le nom ne vous dit rien, ce n’est finalement pas plus mal, parce que le début de ce nouvel album se situe très loin de l’americana des grands espaces de son essai précédent.

Fort heureusement, Pale Green Ghosts (le morceau) est tout à fait en place. On n’en est pas moins déroutés par cet electro dense et sombre. Quant à la voix chargée d’écho, elle peut même rappeler les riches heures de Brendan Perry de Dead Can Dance.

On retombe dans le plus classique dès le troisième morceau. On reste sur le dancefloor mais on se choisit une partenaire. Ou alors on va au bar pour déguster cet amusant exercice d’auto-flagellation. John Grant fait partie de ces artistes que j’écoute parce que les paroles m’amusent. Cette musique au second degré passe toujours mieux quand la musique n’est ni mauvaise ni kitsch. Ceci dit, on n’est pas loin de franchir la ligne jaune avec I Hate This Town.

De plus, dans le cas qui nous occupe, on a affaire à un tout bon chanteur. Mais il déblatère toujours au kilomètre. Dans le genre, Blackbelt pourrait rappeler l’occasionnelle logorrhée de James Murphy, le sens de la danse paradoxale en moins. On le voit, ce n’est pas dans les immenses étendues américaines qu’on ira trouver l’origine de cet album plus complexe qu’il n’y parait. Parce que mine de rien, on retrouve plein de choses ici. Un solo de synthé dans le plus pur genre prog seventies (It Doesn’t Matter To Him) avec comme souvent des vrais morceaux de mélodie dedans. A l’inverse, il n’a même pas peur des grosses basses. Et il a bien raison, Sensitive New Age Guy a bien besoin de ce coup de kick.

Un parallèle pourrait être établi avec J. Tillman. Une même accointance avec un groupe qui touche au sublime mais dans un registre plutôt sérieux (Fleet Foxes et Midlake), le même décalage à l’humour acide, la même facilité à trousser un americana narquois. Et qui frise l’anecdotique aussi, puisque l’ennui pointe le bout de son nez sur Vietnam ou Ernest Borgnine.

On ne retiendra sans doute pas John Grant comme la personne qui aura jeté des ponts entre les genres, mais il faut bien constater qu’il peut donner plusieurs orientations à son style sans se perdre.

http://johngrantmusic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)