Accueil > Critiques > 2013

Midas Fall - Wilderness

jeudi 21 mars 2013, par marc

Madame, faut arrêter madame


Les genres musicaux plus discrets ont vraiment du mal à surmonter le modèle pop. Prenez la musique électronique par exemple. Entre James Murphy qui se fantasme en ‘vrai’ chanteur et s’invente des slows pas terribles pour qu’on cerne bien ses limites vocales à Miss Kittin qui exhibe d’embarrassantes robes en lamé, ce ne sont pas les exemples qui manquent. Les mythes ont la peau dure et on dirait que certains artistes n’osent pas se poser en opposition au modèle rock’n roll ou variété.

Ce qui est plus étrange, c’est que le phénomène touche un genre aussi balisé et presque confidentiel comme le post-rock. Et à la base, on peut faire entrer les Anglais de Midas Fall dans cette catégorie puisque non contents d’être sur le même label que 65 Days Of Static, ils ont aussi assuré des premières parties de Mono.

On pourrait parler ici de musique fort jolie avec une couche sonore plus complexe. Mais ce qui passe chez Moby (parce que la musique est de Moby) est frustrant ici. La voix d’Elizabeth Heaton est belle mais comme souvent, je ne vois pas toujours l’intérêt d’en ajouter une si la musique est suffisamment forte. Dans le cas présent, elle rend le propos plus mièvre, trop joli et lisse. Le post-rock, je le préfère aphone, c’est maintenant une certitude. Ce n’est pas une position dogmatique liée à l’étiquette, mais j’aurais tellement préféré avoir une version muette de cet album. Ou alors une chanteuse plus intense. Et puis des mélodies plus fortes. Imaginez 65 Days Of Static voulant gagner The Voice, c’est un entrechoquement de mondes qui n’a pas lieu d’être, même si on peut trouver du charme aux deux séparément.

Par exemple, sur Carnival Song, la musique a des variations, des soubresauts que la chanteuse ne reproduit absolument pas. Ce qui gomme l’intérêt. Et quand on sent le potentiel on ne peut que le déplorer plus encore. Il faut que les groupes arrêtent de penser que le manque de voix est un frein. Parce que nous, on préfère les bons albums aux albums trop lisses. Encore une fois, j’admets complètement l’énorme part de subjectivité du ressenti (ce qui est un pléonasme, non ?).

http://www.midasfall.com

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)

  • Bravery In Battles - The House We Live In

    Même si c’est contre-intuitif parce que le post-rock est essentiellement instrumental, le style a souvent été engagé. Entre les revendications de Godpeed You ! Black Emperor et la protection de la Grande Barrière de Corail de Selfless Orchestra, les exemples abondent. Le collectif parisien Bravery in Battles est présent sur le combat environnemental comme en témoigne la copieuse musique du film The (...)