Accueil > Musique > 2013 > Midas Fall - Wilderness

Midas Fall - Wilderness

jeudi 21 mars 2013, par Marc

Madame, faut arrêter madame


Les genres musicaux plus discrets ont vraiment du mal à surmonter le modèle pop. Prenez la musique électronique par exemple. Entre James Murphy qui se fantasme en ‘vrai’ chanteur et s’invente des slows pas terribles pour qu’on cerne bien ses limites vocales à Miss Kittin qui exhibe d’embarrassantes robes en lamé, ce ne sont pas les exemples qui manquent. Les mythes ont la peau dure et on dirait que certains artistes n’osent pas se poser en opposition au modèle rock’n roll ou variété.

Ce qui est plus étrange, c’est que le phénomène touche un genre aussi balisé et presque confidentiel comme le post-rock. Et à la base, on peut faire entrer les Anglais de Midas Fall dans cette catégorie puisque non contents d’être sur le même label que 65 Days Of Static, ils ont aussi assuré des premières parties de Mono.

On pourrait parler ici de musique fort jolie avec une couche sonore plus complexe. Mais ce qui passe chez Moby (parce que la musique est de Moby) est frustrant ici. La voix d’Elizabeth Heaton est belle mais comme souvent, je ne vois pas toujours l’intérêt d’en ajouter une si la musique est suffisamment forte. Dans le cas présent, elle rend le propos plus mièvre, trop joli et lisse. Le post-rock, je le préfère aphone, c’est maintenant une certitude. Ce n’est pas une position dogmatique liée à l’étiquette, mais j’aurais tellement préféré avoir une version muette de cet album. Ou alors une chanteuse plus intense. Et puis des mélodies plus fortes. Imaginez 65 Days Of Static voulant gagner The Voice, c’est un entrechoquement de mondes qui n’a pas lieu d’être, même si on peut trouver du charme aux deux séparément.

Par exemple, sur Carnival Song, la musique a des variations, des soubresauts que la chanteuse ne reproduit absolument pas. Ce qui gomme l’intérêt. Et quand on sent le potentiel on ne peut que le déplorer plus encore. Il faut que les groupes arrêtent de penser que le manque de voix est un frein. Parce que nous, on préfère les bons albums aux albums trop lisses. Encore une fois, j’admets complètement l’énorme part de subjectivité du ressenti (ce qui est un pléonasme, non ?).

http://www.midasfall.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)