Accueil > Musique > 2013 > Piano Club - Colore

Piano Club - Colore

jeudi 28 mars 2013, par Marc

Evolution naturelle


La musique pop à volonté dansante peut sembler tentante mais il faut de la lucidité pour comprendre que c’est extrêmement difficile à réussir sur la longueur d’un album. Piano Club a donc décidé qu’il fallait plus d’ampleur, plus d’épaisseur. Ce que My Litlle Cheap Dictaphone, groupe ami, fait déjà. Mais encore faut-il mettre en œuvre sa bonne volonté. On peut dire que sur cet album, la mission est réussie.

On connaissait déjà leurs intentions depuis l’EP de l’an passé. Et ils n’ont pas changé d’idée entre temps, surtout qu’on retrouve les deux morceaux emblématiques, avec le toujours convaincant Ain’t No Mountain High et le single Olivia sur lequel on reviendra.

Le son reste solide, ce qui est un peu à contre-courant de la mode indie ou le flou et la fragilité sont des vertus cardinales. Ignorer les tendances pour tracer sa propre route est donc plutôt admirable. En fait, la seule entorse à cette droiture est l’emploi de synthétiseurs forcément vintage sur le forcément référencé Olivia qui fait forcément allusion à Olivia Newton-John. Non seulement cette chanteuse n’est pas exactement notre égérie préférée, mais il pourrait donner une fausse idée de ce qu’est cet album.

Colore est donc un album pop plutôt ensoleillé et bien agréable, avec tout ce que ça comporte comme sourire (The Captain) et claviers bien agencés (On The Wagon). Si on a insisté sur le son, ils n’essaient pas de gonfler artificiellement, ce qui rend Me and Myself attachant puisqu’il n’a pas été dénaturé. S’ils rendent Wyelm plus sautillant, ils ne chassent pas sur le terrain de Foals pour autant. Un esprit un peu tordu (pas le mien donc) pourrait prendre le début de Sweet Sensation pour un morceau des Legendary Pink Dots.

Faut-il déplorer que cet album laisse peu de traces une fois l’écoute terminée ou se réjouir de la facilité qu’on a à recommencer à partir du début avec entrain ? Notre optimisme foncier privilégiera la seconde option bien entendu. Si aucun morceau ne sera skippé pendant l’écoute, il manque peut-être la tuerie sans concession, le sésame vers toutes les radios non PureFm. Mais en tant qu’album cohérent, on peut le considérer comme une force. L’évolution apparait donc comme tout à fait naturelle, et c’est ce qui rend cet album aussi sympathique dans sa démarche et sa réalisation.

http://www.pianoclub.be/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)