Accueil > Musique > 2013 > Piano Club - Colore

Piano Club - Colore

jeudi 28 mars 2013, par Marc

Evolution naturelle


La musique pop à volonté dansante peut sembler tentante mais il faut de la lucidité pour comprendre que c’est extrêmement difficile à réussir sur la longueur d’un album. Piano Club a donc décidé qu’il fallait plus d’ampleur, plus d’épaisseur. Ce que My Litlle Cheap Dictaphone, groupe ami, fait déjà. Mais encore faut-il mettre en œuvre sa bonne volonté. On peut dire que sur cet album, la mission est réussie.

On connaissait déjà leurs intentions depuis l’EP de l’an passé. Et ils n’ont pas changé d’idée entre temps, surtout qu’on retrouve les deux morceaux emblématiques, avec le toujours convaincant Ain’t No Mountain High et le single Olivia sur lequel on reviendra.

Le son reste solide, ce qui est un peu à contre-courant de la mode indie ou le flou et la fragilité sont des vertus cardinales. Ignorer les tendances pour tracer sa propre route est donc plutôt admirable. En fait, la seule entorse à cette droiture est l’emploi de synthétiseurs forcément vintage sur le forcément référencé Olivia qui fait forcément allusion à Olivia Newton-John. Non seulement cette chanteuse n’est pas exactement notre égérie préférée, mais il pourrait donner une fausse idée de ce qu’est cet album.

Colore est donc un album pop plutôt ensoleillé et bien agréable, avec tout ce que ça comporte comme sourire (The Captain) et claviers bien agencés (On The Wagon). Si on a insisté sur le son, ils n’essaient pas de gonfler artificiellement, ce qui rend Me and Myself attachant puisqu’il n’a pas été dénaturé. S’ils rendent Wyelm plus sautillant, ils ne chassent pas sur le terrain de Foals pour autant. Un esprit un peu tordu (pas le mien donc) pourrait prendre le début de Sweet Sensation pour un morceau des Legendary Pink Dots.

Faut-il déplorer que cet album laisse peu de traces une fois l’écoute terminée ou se réjouir de la facilité qu’on a à recommencer à partir du début avec entrain ? Notre optimisme foncier privilégiera la seconde option bien entendu. Si aucun morceau ne sera skippé pendant l’écoute, il manque peut-être la tuerie sans concession, le sésame vers toutes les radios non PureFm. Mais en tant qu’album cohérent, on peut le considérer comme une force. L’évolution apparait donc comme tout à fait naturelle, et c’est ce qui rend cet album aussi sympathique dans sa démarche et sa réalisation.

http://www.pianoclub.be/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)