Accueil du site > Musique > 2013 > Jean-Louis Bergère - Demain De Nuits De Jours

Jean-Louis Bergère - Demain De Nuits De Jours

jeudi 11 avril 2013, par Marc


Il ne faut pas confondre Jean-Louis Bergère avec Jean-Louis Bergheaud (mieux connu comme Jean-Louis Murat). Surtout si comme moi vous n’en aviez jamais entendu parler. Cependant, si cet article titille votre curiosité, il ne faudra pas longtemps avant qu’il ne vous paraisse familier. Parce que le troisième album du Français a toutes les chances de plaire à ceux qui ont porté leur attention sur les délicats artisans de la chose francophone, dont les premiers noms qui me viennent en tête sont Bastien Lalleman ou Bertrand Belin.

On demande plus à la chanson française de nous toucher avec des textes. Ceux de Jean-Louis ne m’ont pas transporté, même s’ils sont bien ciselés et ne tombent dans aucun travers connu. C’est surtout la musicalité de la voix et des arrangements qui m’ont plu ici. Mais s’ils ne veulent pas s’imposer de façon sentencieuse (et ne semble pas vouloir s’inscrire dans la suite d’encombrants anciens), il y a tout intérêt à aller vers eux, sans quoi on pourrait passer à côté du poignant Dans Mes Bras parce que la musique parait faussement lisse. Ce mélange fonctionne en tout cas. Le son reste assez clair, avec souvent de discrètes nappes de synthé (on pense à celles de Murat sur A l’Envers Le Monde) et de la pedal steel qui n’est pas utilisée comme dans la country.

Cependant, il suffit d’un peu de guitare pour prendre plus de relief sur Tout Ce Qui Nous Protège dont la voix qui s’emballe (un peu) m’a fait penser à Bertrand Cantat. Cet emploi de l’électricité n’est pas si différent de ce qu’en fait Joseph d’Anvers, surtout sur le plus sombre Atlantic Drive. Mais ces moments sont plutôt l’exception. D’une manière générale, c’est un album dont il faut appréhender la lenteur. Une fois accoutumés, on pourra se détendre sur de l’impeccable spleen de Demain De Nuits De Jours ou se lover au creux de Rien Ne Nous Sera Épargné.

C’est surtout cette propension à prendre une voix très grave qui est marquante, qu’il alterne même souvent d’une voix aiguë au sein d’une même phrase. Dorénavant, je ne pourrais plus confondre Jean-Louis Bergère avec aucun autre. Si vous êtes curieux et avides de découvrir de nouvelles voix dans notre langue, faites le détour par Angers.

http://www.jeanlouisbergere.com/acc...
http://www.myspace.com/jeanlouisbergere

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0