Accueil > Critiques > 2013

Jean-Louis Bergère - Demain De Nuits De Jours

jeudi 11 avril 2013, par marc


Il ne faut pas confondre Jean-Louis Bergère avec Jean-Louis Bergheaud (mieux connu comme Jean-Louis Murat). Surtout si comme moi vous n’en aviez jamais entendu parler. Cependant, si cet article titille votre curiosité, il ne faudra pas longtemps avant qu’il ne vous paraisse familier. Parce que le troisième album du Français a toutes les chances de plaire à ceux qui ont porté leur attention sur les délicats artisans de la chose francophone, dont les premiers noms qui me viennent en tête sont Bastien Lalleman ou Bertrand Belin.

On demande plus à la chanson française de nous toucher avec des textes. Ceux de Jean-Louis ne m’ont pas transporté, même s’ils sont bien ciselés et ne tombent dans aucun travers connu. C’est surtout la musicalité de la voix et des arrangements qui m’ont plu ici. Mais s’ils ne veulent pas s’imposer de façon sentencieuse (et ne semble pas vouloir s’inscrire dans la suite d’encombrants anciens), il y a tout intérêt à aller vers eux, sans quoi on pourrait passer à côté du poignant Dans Mes Bras parce que la musique parait faussement lisse. Ce mélange fonctionne en tout cas. Le son reste assez clair, avec souvent de discrètes nappes de synthé (on pense à celles de Murat sur A l’Envers Le Monde) et de la pedal steel qui n’est pas utilisée comme dans la country.

Cependant, il suffit d’un peu de guitare pour prendre plus de relief sur Tout Ce Qui Nous Protège dont la voix qui s’emballe (un peu) m’a fait penser à Bertrand Cantat. Cet emploi de l’électricité n’est pas si différent de ce qu’en fait Joseph d’Anvers, surtout sur le plus sombre Atlantic Drive. Mais ces moments sont plutôt l’exception. D’une manière générale, c’est un album dont il faut appréhender la lenteur. Une fois accoutumés, on pourra se détendre sur de l’impeccable spleen de Demain De Nuits De Jours ou se lover au creux de Rien Ne Nous Sera Épargné.

C’est surtout cette propension à prendre une voix très grave qui est marquante, qu’il alterne même souvent d’une voix aiguë au sein d’une même phrase. Dorénavant, je ne pourrais plus confondre Jean-Louis Bergère avec aucun autre. Si vous êtes curieux et avides de découvrir de nouvelles voix dans notre langue, faites le détour par Angers.

http://www.jeanlouisbergere.com/accueil.php
http://www.myspace.com/jeanlouisbergere

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)