Accueil > Musique > 2013 > The Knife - Shaking The Habitual

The Knife - Shaking The Habitual

vendredi 19 avril 2013, par Marc

Panique sur le dancefloor


Une absence aussi longue, c’est l’obligation de se remettre en question. Parce qu’on n’a plus eu de véritable album de The Knife depuis Silent Shout en 2006. Ce slow burner est un de ces albums qui manifestent une volonté de ne pas exploser, et prenait un malin plaisir à nous montrer après coup qu’il y a eu extase. Depuis, on les avait suivis de loin sur l’assez aride Tomorrow, In A Year qui montrait qu’ils ne nous feraient pas un virage pop putassier. Le public est visiblement encore là, comme en témoigne la vitesse de vente des places de concert.

La période ne permettrait pas les longs feulements d’I Feel Love. A la place, on a un très long et paradoxalement défoulatoire coïtus interruptus de plus de 9 minutes sur l’estomaquant Full Of Fire. C’est une attaque frontale, mais avec un peu de mousse sur le bélier. On défonce la porte, certes, mais dans un bruit sourd. Et puis il y a ces ajouts délirants. Mais on n’est pas dans le long délire d’un Yeah (Crass Version), mais dans quelque chose de bien plus inquiétant. On retrouve cette euphorie un peu flippante de train qui s’emballe sans qu’on sache vraiment si les rails sont correctement placés. Ils arrivent en tous cas à impeccablement en gérer la complexité. Ce n’est jamais ennuyeux parce que jamais vraiment répétitif. Cet album peut d’ailleurs se réveiller à tout moment, le temps d’un Networking et son beat maladif. On épinglera aussi le dense et sombre Wrap Your Arms Around Me ou le lancinant Raging Lung.

Les morceaux démesurés, c’est sans doute pour faire un tri. Car, au-delà de la pose, il va falloir venir chercher cet album, et on n’acceptera pas les avis péremptoires sur un single éventuel. C’est que les morceaux sont longs. Voire très longs (une pointe à plus de 19 minutes), ce qui est plus l’habitude dans un post-rock orthodoxe que dans ce qui est encore considéré comme de l’electro. Fans de Soldout, vous risquez de ne pas être à la fête. N’attendez cependant pas à ce que ces longues plages soient passionnantes. Ce n’est étrangement pas ce qu’on attend d’elles. Parfois, j’aime comprendre ce qui m’attire ou me repousse. Parfois aussi, j’aime me laisser guider par ma fascination. Parce que je me rends compte que quand il est question de ressenti, ma faible palette d’expression est un peu obsolète. Étrangement, plus c’est cérébral plus le ressenti a d’importance. Old Dream Waiting To Be Realized est certes moins exigeant, mais on ne voit pas trop l’intérêt de mettre cette longue plage (19 minutes donc) de dark ambient sans réel enjeu.

Mais ils arrivent à garder une forme compacte à certains exigeants interludes. Crake ne vous brisera les oreilles que 54 secondes qui sembleront plus longues. Une escapade arty à bon marché ? Que nenni, il y a de l’effort à prévoir. Si je ne suis jamais arrivé à bout des récents Björk, Sufjan Stevens, Scott Walker ou Joanna Newsome, j’ai pris du plaisir à écouter (du moins en partie) cette double livraison de la famille suédoise.

Ils auraient pu sans doute grouper les morceaux plus courts et accessibles sur un album dense et passionnant et le reste sur un second que personne n’aurait écouté. Mais l’ensemble et sa perception en auraient été radicalement différents. Ceci dit, à l’heure des playlists, il vous sera encore loisible de faire votre sélection pour que vos petits nerfs tiennent le coup. Les miens en ont vu d’autres (Einsturzende Neubauten et toute la clique) mais Fracking Fluid Injection m’évoque plus la rééducation par la torture auditive que le plaisir d’écoute. Une dose moins importante de bruit m’aurait donc bien mieux convenu. Si vous trouvez que Xiu Xiu, c’est trop commercial, vous aurez une tolérance supérieure à ceux qui ne connaissent du duo qu’une poignée de remixes.

A la fin de l’écoute, on ne serait pas tout à fait surpris de recevoir un diplôme ou une trace quelconque de preuve. Un peu comme pour distinguer ceux qui parlent des Bienveillantes et ceux qui l’ont effectivement lu. Il y a de tout sur cet album, des raisons de s’irriter comme d’être impressionnés. Débarrassé de ses interminables intermèdes, cet album pourrait être bien plus convaincant, surtout que sur plusieurs titres, The Knife domine son sujet de façon vraiment époustouflante. C’est le prix d’une certaine intransigeance, à vous de voir si vous êtes d’attaque. Sur 50 minutes, on tenait un des albums de l’année. Sur 98, c’est plutôt une épreuve qui réserve ses gratifications.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est fréquentée et c’est dans ce (large) registre qu’on trouve ce HANA. De la musique de danse, donc, mais pas de (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On apprécie qu’Empty Space soit empli de cette énergie. Mais ce n’est pas la seule pour un album qui évolue au (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à Leonard Cohen qui fait actuellement l’objet d’une sortie en ce moment.
    Une chanson de Frida Hyvönen, c’est (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des morceaux au classicisme indéniable mais parfois habités d’une fraîcheur plaisante.
    Ce quatrième album (...)