Accueil > Musique > Concerts > La Femme / Chvrches, Nuits Botanique, 10/05/2013

La Femme / Chvrches, Nuits Botanique, 10/05/2013

samedi 11 mai 2013, par Seb

Roland est de sortie !


C’est un peu par hasard que je me retrouve au Bota pour cette soirée sous pavillon old synth revival. Pas de grandes attentes, juste un certaine méfiance quant à aller voir la hype « La Femme » que l’on m’a vendue. Le souvenir d’une certaine déconvenue lors de la première tournée des Klaxons n’est pas loin.

On est accueilli par les Belges de Pale-Grey qui proposent une dream-pop gentillette teintée d’électro, comprenez accompagné d’un synthé discret. Les morceaux s’enchaînent proprement mais sans réelle touche singulière ou prise de risques. L’image d’un groupe de collégiens que l’on aperçoit dans ces séries américaines n’est pas loin. La voix manque de justesse par moment. C’est bien produit mais un peu lisse. Seaside  clôture le set et relève nettement la moyenne avec des passages instrumentaux maîtrisés et appréciables.

C’est en configuration Kraftwerk augmentée d’une batterie, guitares et même d’un Thérémine que La Femme déboule, telle une meute (ils sont 6, ca change des duos electro) prête à en découdre. S’en suit une pluie de clichés cold wave. L’influence de Taxi Girl est flagrante (avec le titre « Antitaxi » et son « Prends le bus ! ») , jusqu’aux mouvements de danse de la chanteuse. Les rythmes electro-punk rapides sentent la recette facile pour faire bouger les foules, tel un bon vieux Rita Mitsuko. Mais ce revival est-il bien opportun trente ans plus tard ? Oui, parce qu’ils n’ont pas fait que racheter des vieux synthés pour faire de l’electro vintage, ils proposent en plus un côté punk brut irrésistible. C’est dans une certaine joyeuseté et insouciance que s’enchaînent les morceaux en variant les tempos, évitant ainsi la lassitude (on y revient dans quelques lignes). Les arrangements sont plutôt corrects, évitant les trois notes en boucle. La simplicité des paroles (« Sur la plage dans le sable. Je recherche des sensations ») s’appuyant sur la voix sensuelle de Clémence Quelennec rappelle Vive la Fête. Malgré leur jeune âge (c’est leur première album), ils savent occuper la scène. Même si les ingrédients sont archi-connus, la recette est bien dosée, j’ai très bien mangé mais j’attendrai un peu avant d’en reprendre.

Chvrches vient clôturer la soirée. Vu la foule, on en déduit que c’était la réelle tête d’affiche. La voix infantile de la chanteuse fend littéralement la salle. C’est l’ossature du groupe, les deux autres membres ne sont là que pour l’habiller. A ce stade, deux routes sont possibles. Vous tombez sous le charme de la voix angélique de Lauren Mayberry (avis aux fans de Kate Bush), soit cette voix un poil aiguë vous hérisse, et ce fut mon cas. Néanmoins elle chante parfaitement. Je ne trouverai pas non plus mon salut dans les mélodies synth-pop simplistes qui s’enchaînent et se ressemblent. Bref la sauce ne prend pas, on se lasse et n’attendra même pas la fin. A réserver aux fans du genre.

Pale Grey
Pale Grey

La Femme
La Femme

La Femme

Chvrches
Chvrches

Note : Photos purement à titre informatif en l’absence de reflex

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

5 Messages

  • La Femme / Chvrches, Nuits Botanique, 10/05/2013 12 mai 2013 09:37, par Mathusalem

    Voila ! Je pensais bien t’avoir reconnu Seb !
    Et bien tu vois, j’ai une vision des choses diamétralement opposée…
    Tout en comprenant et respectant ta critique.
    Tout à fait entre nous, pour avoir vécu en direct le Rock français des 80’s (Kas Product, Marquis de Sade, Bijou, Orchestre Rouge, Jacno…Et bien d’autres) je suis peu enclin à apprécier à leur juste valeur ce fameux « La femme » … Ceci dit, vu mon âge avancé, mon avis est donc fortement minoritaire… Alors…S’agit-il là d’un hommage sincère à une époque débridée ? Ou bien ne serait-ce pas plutôt un pastiche vaguement burlesque ?
    J’ai tenu 47 secondes… Puis suis parti faire un tour dans le parc, laissant les jeunes s’ébrouer avec des stéréotypes, et bien lucide du fait que, avec trente ans de moins, j’aurais probablement mieux apprécié.
    Encore une fois, c’est quand même comique que ce foutu revival 80’s perdure plus que la décennie proprement dite…

    En ce qui concerne Chvrches, et bien que ma nourriture auditive de base soit composée de psyché-folk dépressif ou de riffs incisifs bruyants, je dois avouer avoir un faible pour l’EP de ce groupe écossais.
    D’emblée, sans qu’on ait le temps de s’en rendre compte, un Lies bien senti débarque… Et ce n’est pas sans risque que l’on balance ainsi son joker, à froid…
    Le reste du set fut sans accroc, depuis le temps qu’on les écoutait, ces Lies, The Mother We Share et autres Science &Visions, on avait un peu peur d’être déçu… Perso, ce ne fut pas le cas… Pour un groupe de Pop synthétique, c’était assez courageux de placer la composante percussive au second plan, au profit de mélodies immédiatement mémorisables et surtout de cette superbe voix cristalline, dans la plus pure tradition de ce que la Grande Bretagne nous offre depuis quelques décennies.
    Chvrches ? Aux antipodes de ce qu’un vieil ours comme moi écoute habituellement, j’en suis le premier déconcerté d’ailleurs… Comme quoi, même en musique, il y a des choses qui ne s’expliquent pas…Et c’est tant mieux somme toute.
    Un groupe à voir, donc, et vite… Avant qu’il ne devienne trop énorme (Et donc un peu perdu pour nous), ou qu’ils ne s’engouffre tête baissée dans le piège d’une pop encore plus mièvre … Genre à représenter l’Ecosse à l’Eurovision …A moins que, luxe suprême, ils ne s’affirment dans le créneau typique des remplisseurs de salles moyennes.
    Quoiqu’il en soit, et bien que nos sources d’intérêt soient différentes… Globalement ce fut une super soirée au Bota…
    Je n’ai pas parlé de pale Grey ?
    Pas la peine, tes impressions rejoignent tout à fait les miennes…
    Bonjour chez vous !

    repondre message

    • La Femme / Chvrches, Nuits Botanique, 10/05/2013 12 mai 2013 14:38, par Antoine

      Aha ! Bonne critique Seb :-)
      J’ai beaucoup aimé La Femme, on verra si la suite peut tenir...
      Par contre, on passera son chemin devant Pale Grey et Chvrches, ce dernier ennuyant à mourir...

      repondre message

    • Merci pour ton avis éclairé ! J’imagine que ceux qui ont vécu cette époque était rare dans la salle. Je n’ai pas cette composante nostalgique mais j’apprécie l’époque et suis donc certainement moins exigeant. C’est clair que c’est un peu burlesque mais c’est peut-être pour ça que j’ai accroché. Par contre, un xième "tribute to" band serait certainement moins bien passé.
      Chvrches, c’est le genre qu’on adore ou déteste. C’est vrai que je suis assez surpris que tu apprécies.
      N’hésite pas à faire signe la prochaine fois !

      repondre message

      • La Femme / Chvrches, Nuits Botanique, 10/05/2013 12 mai 2013 17:53, par Mathusalem

        Hé oui, j’en suis le premier étonné aussi... Ceci dit Chvrches n’a sorti qu’un EP et bénéficie d’un gros buzz de l’autre côté du Channel, un peu comme The Subways, il y a quelques temps...L’effet de mode juvénile passé, ceux -ci tournent en rond...L’histoire nous dira...
        Quant à Pale Grey, je les ai trouvé assez bons dans leurs envolées instrumentales, à la lisière d’un certain Post Rock, gentillet certes, mais pas mauvais du tout.
        J’ai bien essayé le coup du petit signe, mais vu la foule et les deux courants contraires qui s’affrontaient dans la passe étroite...
        (Celle entre l’Orangerie et le bar...) j’ai adopté une attitude planctonique et me suis laissé dériver vers la sortie...

        repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)