Accueil > Musique > Concerts > Albin de la Simone, Nuits Botanique, 09/05/2013

Albin de la Simone, Nuits Botanique, 09/05/2013

samedi 11 mai 2013, par Marc

Evidemment


Un événement, ça se prépare, ça d’anticipe. On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du dernier album d’Albin, l’impatience était bien là.

Il arrive tout seul, s’installe à son clavier, et prend d’emblée La Fuite. Puis varie l’humeur du plus léger Non Merci. Ce qui frappe, c’est le son très bas, qui nécessite de tendre l’oreille. On nous avait annoncé un violon et un violoncelle, et les deux musiciennes arrivent. Sans ampli, sans rien, en pur acoustique. C’était donc ça.

Le concert prend tout de suite une autre dimension, qui impose un silence absolu que le public respecte. Cette configuration plus une tension extrême, installée par ces morceaux compacts et denses, et les applaudissements sont comme une soupape. Evidemment, aidé par une longue résidence dans un théâtre parisien, le concert est très rodé.

Il fera évidemment le tour de son dernier album, livré presque en entier. Tant mieux, on a encore bien dans l’oreille ces vignettes délicates et fortes à la fois. Les deux musiciennes rehaussent bien évidemment ces morceaux. Parfois avec un simple clavier pour appuyer le gimmick de Mes Épaules, locomotive évidente d’Un Homme. Il y aura aussi quelques incursions dans les albums précédents, même si la folie rentrée deBungalow ! est moins propice a priori à un concert plus minimal. Ce Pull reste évidemment délectable, comme J’ai Changé, comme Avant Tout, I Want You.

En rappel, nous aurons droit à Station Service, exhumé du premier album de Bashung, et puis, après avoir fait semblant de ne pas pouvoir le faire, il fera appel au public pour un Catastrophe final.

Voilà, on attendait le pendant scénique de cet album dont on ne s’est pas encore tout à fait remis, et c’est tout en subtilité et en intimité qu’Albin de la Simone nous a séduit. Non, ce n’est pas une surprise, mais des confirmations comme celle-là, on en redemande. Ce Musée est décidément parfait pour ces artistes-là.

Toutes les images sont ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)