Accueil > Critiques > 2013

Jean-Louis Murat - Toboggan

dimanche 19 mai 2013, par Marc

Tel qu’en lui-même toujours il change


On dit parfois que le propre des artistes est d’aborder le même sujet de façon répétée et inlassable. Même si elle semble réductrice, cette considération colle tout à fait à Jean-Louis Murat. Parce que le début de l’écoute de ce Toboggan, on écoute du Murat pur jus, ce qu’on est venu chercher avant tout, avec les infimes nuances d’un album à l’autre qui passe les années sans coup férir.

Le charme Murat opère, comme toujours. Il y a toujours ces comptines hors d’âge (Le Chat Noir), avec des incrustations déformées un peu inquiétantes qui pourrait évoquer la ménagerie de Lisa Germano. On entend des chiens aussi. On le savait, l’inspiration de Murat est plus champêtre que citadine. Elle évoque plus les grands espaces, ceux où on peut même se perdre (Robinson). Chanteur maniant la langue avec amour, Murat est assez influencé par tous ces chanteurs américains, ces amateurs d’espaces sans fin. Même si la nature qui l’entoure et son rapport à l’homme est souvent au cœur de ses préoccupations, il ne faut pas le voir comme un chanteur régional.

Il semble garder quoiqu’il arrive une facilité à écrire et composer proprement soufflante, et il y a comme toujours de bien belles mélodies (Amour n’est Pas Querelle). J’imagine qu’il y a beaucoup d’effort pour avoir l’air aussi facile, mais c’est pour ça qu’on l’écoute album après album. Il a récemment dit en interview ‘Le sens, je m’en fous un peu’. Et on le croit parce que pour lui la musicalité prime. Ce n’est pas une façon de faire de la poésie pour la poésie, mais à l’instar d’autres (Bashung, ce genre), il y a de vraies fulgurances à la clé.

Comme il produit des albums à cadence régulière, puisque ce n’est plus effréné. On peut tenter de déterminer son humeur du moment. Donc, en ce début d’année 2013, il n’est pas très apaisé, un peu fatigué sans doute. Ou pas du tout, comme tend à le montrer ses longues tournées où il excelle. Ce garçon nous a déjà sorti un Suicidez-Vous Le Peuple Est Mort donc on ne va pas s’offusquer d’un J’Ai Tué Parce Que Je M’ennuyais

Pas de morceau plus rock sur ce Toboggan, plus mid-tempo. Par contre, cet album est accompagné de morceaux enregistrés en concert. Les morceaux live sont à la fois assez fidèles à ce qu’on entend en allant voir Jean-Louis en concert mais ne ressemblent pas du tout à ce qu’on a pu entendre récemment. Et ce n’est pas anodin, on ne doit pas le voir comme une manière de remplir l’album, mais sans doute comme une preuve de son éclectisme et de son ambivalence. Jean-Louis Murat est un artiste singulier, impossible de comparer à quoique soit d’autre que lui-même. C’est pour ça qu’on le suit album après album, et pourquoi notre fidélité est toujours récompensée.

http://www.jlmurat.com/

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. (...)