Accueil > Musique > 2013 > Jean-Louis Murat - Toboggan

Jean-Louis Murat - Toboggan

dimanche 19 mai 2013, par Marc

Tel qu’en lui-même toujours il change


On dit parfois que le propre des artistes est d’aborder le même sujet de façon répétée et inlassable. Même si elle semble réductrice, cette considération colle tout à fait à Jean-Louis Murat. Parce que le début de l’écoute de ce Toboggan, on écoute du Murat pur jus, ce qu’on est venu chercher avant tout, avec les infimes nuances d’un album à l’autre qui passe les années sans coup férir.

Le charme Murat opère, comme toujours. Il y a toujours ces comptines hors d’âge (Le Chat Noir), avec des incrustations déformées un peu inquiétantes qui pourrait évoquer la ménagerie de Lisa Germano. On entend des chiens aussi. On le savait, l’inspiration de Murat est plus champêtre que citadine. Elle évoque plus les grands espaces, ceux où on peut même se perdre (Robinson). Chanteur maniant la langue avec amour, Murat est assez influencé par tous ces chanteurs américains, ces amateurs d’espaces sans fin. Même si la nature qui l’entoure et son rapport à l’homme est souvent au cœur de ses préoccupations, il ne faut pas le voir comme un chanteur régional.

Il semble garder quoiqu’il arrive une facilité à écrire et composer proprement soufflante, et il y a comme toujours de bien belles mélodies (Amour n’est Pas Querelle). J’imagine qu’il y a beaucoup d’effort pour avoir l’air aussi facile, mais c’est pour ça qu’on l’écoute album après album. Il a récemment dit en interview ‘Le sens, je m’en fous un peu’. Et on le croit parce que pour lui la musicalité prime. Ce n’est pas une façon de faire de la poésie pour la poésie, mais à l’instar d’autres (Bashung, ce genre), il y a de vraies fulgurances à la clé.

Comme il produit des albums à cadence régulière, puisque ce n’est plus effréné. On peut tenter de déterminer son humeur du moment. Donc, en ce début d’année 2013, il n’est pas très apaisé, un peu fatigué sans doute. Ou pas du tout, comme tend à le montrer ses longues tournées où il excelle. Ce garçon nous a déjà sorti un Suicidez-Vous Le Peuple Est Mort donc on ne va pas s’offusquer d’un J’Ai Tué Parce Que Je M’ennuyais

Pas de morceau plus rock sur ce Toboggan, plus mid-tempo. Par contre, cet album est accompagné de morceaux enregistrés en concert. Les morceaux live sont à la fois assez fidèles à ce qu’on entend en allant voir Jean-Louis en concert mais ne ressemblent pas du tout à ce qu’on a pu entendre récemment. Et ce n’est pas anodin, on ne doit pas le voir comme une manière de remplir l’album, mais sans doute comme une preuve de son éclectisme et de son ambivalence. Jean-Louis Murat est un artiste singulier, impossible de comparer à quoique soit d’autre que lui-même. C’est pour ça qu’on le suit album après album, et pourquoi notre fidélité est toujours récompensée.

http://www.jlmurat.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)