Accueil > Musique > Concerts > Dominique A, Nuits Botanique, 19/05/2013

Dominique A, Nuits Botanique, 19/05/2013

lundi 20 mai 2013, par Marc

Déception inenvisageable


Une semaine après les Nuits Bota, c’est encore les Nuits Bota. Je n’ai pas tout compris, mais ce n’est pas une raison pour bouder un concert de Dominique A. On ne boude jamais un de ses concerts d’ailleurs, à un tel point que c’était la troisième fois qu’on avait rendez-vous avec lui en un peu plus de douze mois.

Nous ne sommes pas arrivés assez tôt pour voir plus que la fin du concert de Peau. Et on a sans doute eu tort. La voix de Perrine Faillet évoque Emilie Simon et la musique (un batteur et un guitariste l’accompagnent) ne ressemble à rien d’autre en chanson française, ce qui est bon signe. On jettera une oreille sur cet album.

Mais Dominique arrive déjà. En le revoyant à Liège à l’automne, on savait qu’il ne poursuivait pas sur la fantastique tournée qui le faisait reprendre La Fossette et Vers Les Lueurs en intégralité. C’est donc Plaine Des Sables (tiré de cet EP) qui ouvre le bal, suivi de Contre un Arbre et Le Bowling et Nos Pères. C’est déjà la preuve qu’hors de ses impeccables albums, il reste bien des perles, et peu d’albums seront passés sous silence. Le dernier album date de plus d’un an, ses morceaux se fondent donc naturellement à une discographie qui avait eu droit à une ressortie.

Pour le reste, c’est un concert presqu’en mode best-of, avec bien d’agréables incursions dans le passé. Evidemment, il y a une version musclée du Courage des Oiseaux, mais aussi les toujours appétissants 22 Bar qui se mêlent aux plus récents Le Sens, Close Ouest ou Parfois j’entends Des Cris.

Le concert est toujours plus nerveux que les albums, et le groupe semble bien rodé, ce qui donne une belle ampleur aux morceaux de bravoure comme Le Convoi ou un toujours formidable L’Horizon qui fait semblant de clôturer le concert. Mais on sait qu’on n’a pas tout eu, et il reste quelques pépites comme Hasta Que El Cuerpo Aguante ou La Peau ou carrément un inédit. Seconde fausse fin sur la mélodie toujours parfaite des Hauts Quartiers de Peine et il revient tout seul (il sait faire ça aussi...) pour un inédit et Comme un camion.

Voilà, deux heures de concert qu’on n’a pas vu passer. Certes, la surprise n’est plus là, on a des souvenirs de concerts plus émouvants, mais avec le temps, Dominique A a un répertoire inoxydable et un bon groupe qui ne peut jamais décevoir. A la prochaine fois donc.

L’ensemble des photos est ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Dominique A, Nuits Botanique, 19/05/2013 21 mai 2013 07:33, par roydanvers

    Effectivement, il n’y a plus d’émotion... Mais n’est-ce pas justement ce qu’on aimerait ressentir lors d’un concert de Dominique A ? Plus le volume du son (du gros son) augmente, plus la déception est grande. L’impression d’avoir perdu un ami...

    repondre message

    • Dominique A, Nuits Botanique, 19/05/2013 21 mai 2013 08:44, par Marc

      J’ai peut-être ressenti un peu moins que dans un passé récent, mais l’émotion était bien là, et il me semble qu’il a déjà joué plus ’dur’ si on se réfère au live ’Sur Nos Forces Motrices’ qui comptait des démonstrations de force à la guitare qu’on ne retrouve plus forcément. Je n’ai pour ma part pas l’impression d’avoir ’perdu’ Dominique A. Espérons que tu le retrouves en tout cas. Bonjour chez vous !

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)