Accueil > Critiques > 2013

Slow Earth - Latitude and 023

vendredi 24 mai 2013, par marc

De nulle part


D’une manière générale, j’évite de faire référence au dossier de presse, constatant à quel point ça rend une critique peu naturelle. Mais celui-ci m’a intrigué. Il y est dit (dans un anglais fruste) que le groupe vient d’une ville industrielle de l’Europe de l’est, sans dire laquelle, et précise que tous les membres ont travaillé avec enthousiasme et engagement, ce qui ressemble plus à une profession de foi louveteau qu’à de l’arrogance pour presse musicale britannique. En gros, on ne sait rien de ce qu’est le groupe ni ce qu’il propose.

On attend sur le premier morceau une montée, une explosion. Tout est là, le clavier qui se retient, les brouillards de guitare. Cette acmé ne viendra pas, ce n’est pas grave, on est motivés et attentifs pour la suite

Self-formed Intro est comme son nom l’indique la rampe de lancement du morceau. Étrangement, le soufflé retombe un peu, comme un sauteur qui prend son élan et puis décide qu’il tentera le bac à sable les pieds joints. Le morceau en lui-même n’est pas mal du tout, ressuscitant des groupes des années ’90 qu’on a un peu oublié comme les excellents The Aloof (My pride est aussi dans cette lignée), mais il aurait peut-être gagné à se débrouiller tout seul. La voix semble tout droite sortie d’un groupe britpop des années ’90. Pas excessivement expressive, elle est tout à fait correcte et en place.

Quand ils lâchent leur énergie sur le plus carré Change Nothing, c’est sans doute un chouette défouloir mais c’est bien moins personnel du tout. Ils arrivent aussi sur un morceau à faire tout le chemin, de bas en haut.

On ne savait rien de ce groupe et on n’en sait pas vraiment plus maintenant, sauf que les surprises peuvent venir de partout. Voilà donc un petit album (ou gros EP, c’est selon) sans prétention qui pourra rappeler de bons souvenirs.

http://www.slowearth.se/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)