Accueil > Musique > 2013 > The National - Trouble Will Find Me

The National - Trouble Will Find Me

mardi 28 mai 2013, par Marc

Saison 6


Tout comme le ‘bourgeois’, le ‘mainstream’, c’est l’autre, c’est celui qu’on pointe du doigt, dont on doit stigmatiser la dérive. Les signes, c’est jouer dans de plus grandes salles. Par exemple, la première fois que j’ai vu The National, c’était dans une Orangerie qui leur convenait vraiment bien. Maintenant, c’est l’impersonnel Forest National ou le plus fameux mais un peu étroit pour eux Cirque Royal (les places sont parties à une vitesse folle) qui les accueillent. Pourtant, ils n’ont aucun ‘tube’ au compteur, ce n’est pas un groupe qu’on connait malgré soi.

On a accepté de voir Arcade Fire rencontrer le succès que leur démesure ne peut pas s’exprimer dans la confidentialité. On l’a un peu déploré pour The Killers ou Muse mais dans tous ces cas, ces groupes savent ce qu’ils font, et adaptent leur musique à leur ambition. Pas de cynisme ou d’amertume là-dedans, juste une inadéquation perdue entre ce qu’on aime et ce qu’ils font. Alors, en quoi cet album est-il plus lisse que les précédents ? C’est subtil, l’évolution s’est faite par petites étapes. Si on écoute abruptement, disons, Cherry Tree EP avant ce Trouble Will Find Me, l’écart est assez important, mais si c’est à High Violet qu’on l’accole, ce sera bien plus difficile à déceler.

Pourtant, The National garde notre sympathie, parce que le succès n’a pas vraiment fait dévier leur ligne directrice. Aussi parce que les membres ont de bien beaux projets paralléles. On ne va même pas ne pas aimer cet album. J’avais utilisé la métaphore des séries et elle peut resservir. Don’t Swallow The Cap est un de ces épisodes qui ne font certes pas avancer l’intrigue mais qui dont le générique arrive vite. Maintenant, tout le monde autour de vous regarde, et les premières saisons passent sur une télé nationale où ils côtoient des choses plus communes mais on persiste à regarder, certain de trouver de temps à autre ce petit supplément d’âme.

Les mid-tempos, les progressions d’accords, tout est là. Alors, oui, on attend parfois en vain que quelque chose se passe (Humiliation), mais on est récompensés dès que le petit riff du bien bon I Need My Girl fait mouche tout comme Fireproof. J’attendais un morceau que j’aurais envie d’écouter encore et encore. Voilà, je l’ai trouvé.

On imagine sans peine que Sea Of Love qui se termine par une belle montée d’intensité est un morceau comme ils peuvent en faire des milliers. Qu’importe, on en écouterait des milliers. Graceless semble aussi avoir mis le pilote automatique. Et puis non, ils plantent une accélération, comme une suite de banderilles qui peut se révéler fatale. Ils interrompent l’effort pour ne pas sombrer dans le chaos, or c’est cet aspect un peu anarchique qui plaisait tant quand ils se lâchaient sur le Cherry Tree, ressuscitant l’émotion des deux premiers Tindersticks. J’ai écouté cet album de multiples fois sans déplaisir parce que je savais que je ne devais pas y chercher l’émotion supérieure, mais une nouvelle série de chansons qui ne sont pas que l’écho d’émotions passées. Restez avec nous, The National !

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Quand j’écoute cet album j’ai l’impression (que j’avais déjà un peu sur High Violet) que le groupe surjoue ne se laisse pas aller. La vois de Berringer est trop mise en avant ce qui rend les chansons trop prévisibles sans surprises. Je l’ai écouté à de nombreuses reprises mais chose rare chez The National aucun refrain ne me colle véritablement à la peau et me donne envie de réécouter cet album à l’infini.

    Cet album semble assez pale comparé au meilleur du groupe (Boxer, Alligator). Maintenant ce groupe reste quand même un plaisir à ne pas bouder...

    Raph

    repondre message

  • The National - Trouble Will Find Me 29 mai 2013 12:42, par Le Sto

    Ce disque me fait un peu penser à un album composé des titres laissés de côtés sur l’album précédent mais enregistrés lors de la même session et que le groupe aurait eu l’idée de sortir en album. Des sub-faces B en quelque sorte. Re-Load, A Day at the Races, etc etc.

    repondre message

  • The National - Trouble Will Find Me 30 mai 2013 13:23, par Edgar (Christophe)

    Bonjour

    Je vous trouve assez dur. Cet album tourne depuis 1 semaine en continu et plus ça va plus je rentre dedans. Je ne sais expliquer, mais ce groupe me procure à chaque fois une émotion immense. Même si ce n’est pas le meilleur album du groupe, il partait de tellement haut que cela reste une excellent opus.

    @ bientôt

    repondre message

  • The National - Trouble Will Find Me 2 juin 2013 12:07, par lejacquot

    Pourquoi toujours chercher des comparaisons lors des critiques de cd ? Pourquoi ne pas découvrir un album sans préjugés sans être dans l’attente d’une continuité ? Je suis fana de ce groupe et je suis peut être également tombé dans le piège facile de la comparaison ; mais aprés plusieurs écoutes, on découvre des subtilités et une homogénéité rarement atteintes.
    Effectivement, ce qui m’inquiète un peu, ce sont les concerts en grande salle (Zenit Villette) ; ce groupe n’est vraiment pas fait pour ca.

    repondre message

    • The National - Trouble Will Find Me 3 juin 2013 14:02, par Marc

      On dirait qu’on est tous plus ou moins d’accord pour dire que c’est du The National pur jus, peut-être moins inspiré que sur leurs ’grands’ albums mais toujours séduisants. Pour ma part, après quelques écoutes, je n’ai vraiment pas boudé mon plaisir. Le groupe a du succès mais en profite pour rester le même, à l’inverse d’autres gros calibres qu’on a l’impression d’avoir perdu parce qu’ils ont tout fait pour élargir leur audience, quitte à laisser sur le côté les amateurs du début. On est contents qu’ils n’évoluent pas comme Coldplay quoi...

      repondre message

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)