Accueil > Musique > 2013 > The Dodos - Carrier

The Dodos - Carrier

mardi 27 août 2013, par Marc

Plaisante habitude


Loin de moi l’idée d’éluder cette critique, mais je sens que je pourrais sans trop de problèmes recycler ce qui avait été dit à l’époque de l’album précédent No Color. Après quatre albums la surprise est éventée, de même que toute notion de déception. On a compris ce qui nous plaisait chez The Dodos, ce qui les rends attachants et reconnaissables.

Sans les artifices et les marqueurs du début, les morceaux doivent se débrouiller tous seuls, et ils le font bien, parce que même ralentir le tempo ne les fait pas partir en vrille (Family), ce qu’ils compensent par une guitare plus solide. Ils ont épaissi le son sans devenir bruyants, et leur chant qui semblait un peu discret peut se révéler d’une surprenante profondeur. Ocean reste très délicat dans le chant et la mélodie mais c’est la musique qui prend le dessus, qui emmène le morceau au-dessus de lui-même. Pas de doute, c’est là que réside la nouvelle force de frappe des Dodos. La fin de Confidence s’emballe, de façon bien plus solide qu’auparavant.

La musique des Dodos est souvent répétitive, mais c’est de cette relative âpreté que nait leur charme, parce qu’ils savent trousser des mélodies et la conjonction d’une rythmique présente et de la délicatesse de l’écriture fait mouche à presque tous les coups.

Maintenant loin de toute agitation médiatique, The Dodos est sans doute un groupe comme Menomena ou The Walkmen, une valeur sûre d’un rock foncièrement indépendant, qui ne connaîtra jamais les grandes scènes sans doute et n’est plus suffisamment jeune pour que la disparue blogosphère s’emballe, emportant un succès d’estime auprès de fans fidèles. Finalement, la progression des Dodos est très linéaire et logique. Plus solide et mélancolique, Carrier est sans doute ce qu’on pouvait en attendre de mieux, à savoir l’album qu’on aimera réécouter, qui ne nous fera pas perdre le contact avec cette formation si attachante.

http://www.dodosmusic.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)