Accueil > Critiques > 2013

Séance de rattrapage #18 - Visite de niches

vendredi 30 août 2013, par marc


Une connaissance et deux groupes dont vous n’avez sans doute pas entendu parler (qui m’étaient inconnus en tout cas), voilà de quoi il sera question aujourd’hui.

Little Black Dress - Don’t Worry Baby

Il semble qu’on soit submergés pour le moment (voir ci-dessus) de groupes pop éthérés. Celui-ci l’est tellement qu’il force à tendre l’oreille pour que les voix soient audibles. Dans ce duo, Toby Pipes a fait partie de Deep Blue Something (Breakfast at Tiffany’s, quelqu’un ?) et c’est à peu près le seul repère biographique que je puisse vous offrir.

Pour ne pas dégainer des références d’il y a 20 ans on parlera de Film School et des Engineers, deux groupes qui eux aussi cachent leur complexité et leur facilité pop dans des atours flous. Pas noisy pour un sou, c’est de la musique de bain moussant, qui m’a permis de retrouver le souvenir ému de vieux Ride (In Melancholy).

http://littleblackdressband.com/

Midnight Faces - Fornication

C’est via un EP récent qu’on avait découvert ce duo américain. Soyons complètement honnête, il n’avait pas laissé un souvenir transcendant. On retrouve pourtant les quatre titres ici et paradoxalement, plus de morceaux rendent l’album plus cohérent, et l’indifférence fait place à une familiarité bienvenue. Parce que Midnight Faces est un groupe discret, avec des morceaux qui sont tout sauf flashy malgré un chanteur très expressif.

Midnight Faces est un autre groupe de dream-pop qui regarde en l’air, qui flâne au ralenti. Fornication est en tout cas léger et aérien, mais plus chargé de synthés que de brouillards de guitares. Quand ils poussent encore plus loin le curseur vers le synthétique, ça reste vraiment pas mal (Holding On). Ils peuvent aussi réussir la belle fin dense et brouillardeuse du final Heartless

En tournant autour de cet album, j’ai fini par beaucoup le réécouter et toujours avec plaisir et il est devenu presque par hasard un de mes disques les plus écoutés cet été.

http://www.midnightfaces.com/

Soft Metals - Lenses

Une des caractéristiques de notre époque est l’effacement de la mode au profit d’une superposition de tendances plus ou moins pérennes. Peut-on parler de retour des années ’80 quand on en parlait déjà il y a quinze ans ? Tout dure plus longtemps, mais plus caché. Et ce n’est sans doute pas cet album qui va faire connaitre le duo de Portland.

Certes, il reste proche de ce qu’on avait apprécié sur leur premier album, mais peut-être s’est-on lassés, ou ont-ils un peu moins d’inspiration. Alors, oui, ça ressemble toujours un peu à ce que faisaient Miss Kittin and The Hacker. La différence, c’est que la voix est d’un tout autre niveau et permet de rester tout à fait pertinente sans que le tempo ne doive être soutenu (When I Look Into Your Eyes).

Contrairement au duo français aussi, on sent plus de courants froids qu’Italo Disco. Et sur la longueur, ils sont plus rêveurs que véritablement dansants. Surtout quand ils accrochent des lambeaux de voix au répétitif In The Air ou laissent traîner agréablement leur torpeur le long d’On A Cloud. Les deux instrumentaux m’ont moins captivé, notamment ce dernier morceau qui laisse un peu l’impression qu’ils ont quitté le studio et laissé tourner les machines sans eux pendant près de 8 longues minutes.

Rien n’a vraiment changé, même la pochette est identique, mais pour les amateurs de froideur synthétique mais rêveuse, Soft Metals reste une référence de niche.

http://soundcloud.com/soft-metals

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)