Accueil > Musique > 2013 > Volcano Choir - Repave

Volcano Choir - Repave

vendredi 27 septembre 2013, par Marc

Jolie récréation


Difficile de ne pas voir dans Volcano Choir l’autre-groupe-du-type-de-Bon-Iver. Justin Vernon s’associe en effet pour la cause à Collection of Colonies of Bees qui comme son nom compliqué l’indique est une formation de post-rock un peu expérimentale sur les bords. Enfin, honnêtement, je n’ai pas vérifié, mais ce n’est pas trop important, tant l’entente semble bonne avec Vernon. Ils semblaient d’ailleurs déjà fort bien s’entendre sur leur premier album, mais il m’avait laissé un goût d’inachevé, un peu d’irritation aussi, parce que (contrairement à beaucoup), je l’avais trouvé un peu complaisant, un peu comme une private-joke un peu obscure

Pourtant, je n’ai pas hésité longtemps à me procurer ce second album et on peut dire que l’opiniâtreté, même toute relative, a été récompensée. Tiderays sort d’emblée de sa coquille et ressemble plus aux exercices de défoulement de la bande à Grizzly Bear (Department of Eagles, ce genre). On sait tout de suite que ce n’est pas seulement une bande d’amis qui cherche à se faire plaisir, mais de musiciens avides de nouveauté. Et tout comme le projet de Daniel Rossen, le niveau est au moins aussi bon que celui de la formation de départ.

Alors que Bon Iver se cache de plus en plus derrière un voile de son, Volcano Choir se montre plus frontal, à un tel point qu’on se surprend parfois à préférer ceci à l’album éponyme d’il y a deux ans. On a cependant toujours cette impression de Tv On The Radio dans les champs. Acetate est pourtant bien électrique avec sa basse d’introduction. Mais la différence est dans les détails de production, ce piano presqu’indistinct et aérien qui tranche avec la maitrise au cordeau de David Sitek (moins omniprésent ces derniers temps, vous ne trouvez pas ?). La présence de deux voix renforce encore la ressemblance avec le gang de Brooklyn.

Les morceaux lents comme Alaskans ne sont pas mal non plus parce qu’on sait que Justin Vernon n’a pas besoin d’atteindre une certaine vitesse pour être à l’aise. Mais ils savent aussi jouer de la variation, comme sur Comrade qui vire de bord au beau milieu. Almanac s’aventure même un peu du côté de l’électronique, avec une belle voix grave et une fin vraiment en apesanteur.

Cet album est donc une aubaine pour ceux qui comptent les semaines entre deux albums de Bon Iver. Ces amateurs-là pourront jeter des ponts vers les autres orfèvres aériens de Grizzly Bear. Justin Vernon n’a décidément pas fini de nous enchanter.

http://volcanochoir.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)