Accueil > Musique > Concerts > Wooden Wolf, Aqua Rome, Saint-Gilles, 27/09/2013

Wooden Wolf, Aqua Rome, Saint-Gilles, 27/09/2013

samedi 28 septembre 2013, par Marc

Insurpassable intimité


Quelle sont les meilleures conditions pour apprécier une musique ? Ca dépend de la musique, naturellement, mais il va de soi que pour ce qui est plus ’folk’, c’est l’intimité qui prime.

A Bruxelles, on a la chance d’avoir de petites salles bien accueillantes, la Rotonde étant unanimement appréciée par exemple. Mais on peut encore découvrir de nouveaux endroits comme cet Aqua Rome à Saint-Gilles. Je vous avais déjà dit tout mon enthousiasme pour le premier album de Wooden Wolf, donc je n’imaginais pas manquer la découverte en live.

C’est tout seul qu’Alexandre se présente à nous, avec une guitare, pas d’ampli, pas de micro. On l’a dit, c’est authentique jusqu’à l’os. Et là, impossible de tricher, de se sauver par un son hénaurme et de la pyrotechnie. Les morceaux de l’album sont toujours là, plus nus mais toujours souverains. Les introductions ne brisent pas le mystère, et établissent un contact bien sympathique. Bonne nouvelle, il y a beaucoup de nouvelles chansons. Une partie figurera sur un album en cours de mixage, et le reste, ben ce sera pour plus tard. On ne peut que s’en réjouir.

La justesse d’interprétation peut faire penser à Sophia et autres Conor Oberst. Ses références à lui sont plutôt Bonnie Prince Billy (un des nombreux avatars de Will Oldham) et Daniel Johnston dont il reprend le très beau True Love Will Find You In The End. On aura droit à d’autres reprises, These Boots Are Made For Walking ou l’exhumation de l’antique et mythique morceau de Woodstock de Country Joe Mc Donald (Give me a ’F’ !, ça se regarde ici) sur lequel il nous laissera, ravis et enchantés.

Un jour, Wooden Wolf aura le succès que son talent mérite. Et on se souviendra qu’on l’avait apprécié, tout seul et déjà au sommet de son art. Pour les rencontres, pour l’intimité des prestations, on sait qu’on reviendra ici.

Toutes ces photos et d’autres ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)