Accueil > Musique > 2013 > The Lonesome Southern Comfort Company - The Big Hunt

The Lonesome Southern Comfort Company - The Big Hunt

jeudi 3 octobre 2013, par Marc


Année après année, on ne se lasse jamais de découvrir de nouveaux artistes. Le nom de ce groupe est déjà tout un programme en soi mais on va voir qu’on déborde de la promesse d’americana bon teint qu’il contient

Ce groupe maitrise en tous cas l’art du gimmick. When He’s Down les rapproche des Cave Singers. Et puis quelques notes électroniques viennent en renfort. Ça surprend, mais ne déçoit pas, faisant de ce morceau une belle entrée en matière. On sait tout de suite qu’on ne va pas forcément subir tous les poncifs du genre. C’est d’autant plus flagrant avec la longue mélopée 64 Warwick Street. Un roulement de batterie, un arpège, une voix, c’est tout. C’est long, mais le violon vient nous tenir la main et nous amener au bout de ce morceau prenant.

A d’autres moments, on se dit qu’il y a un petit air de The National en plus champêtre, plus crépusculaire aussi. Donc vous aurez compris que cet album ne m’a pas été adressé par erreur.

That 2am Call et son retour de violon tout à fait réjouissant et puissant. Oui, on peut faire autre chose que du Square Dance avec du fiddle. De l’intensité pure par exemple. Etrangement, quand le tempo se fait plus rapide, c’est moins original et intéressant (Retreat)

Ce n’est donc pas du tout un album ‘soul’ mais c’est un album d’âme tout de même, de sentiments forts pas originaux parce qu’un sentiment ne l’est pas souvent, et c’est ça qui est universel. Les chemins de traverse du continent américain restent passionnants. Il suffit qu’on s’éloigne un peu de l’autoroute très ennuyeuse du country mainstream pour découvrir ce qu’il y a de joli sur les sentiers. Et on se dit aussi que c’est un moyen d’expression qui déborde largement le cadre américain puisque contre toute attente, cette formation-ci est… Suisse.

http://thelonesomesoutherncomfortcompany.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)