Accueil > Musique > 2013 > Of Montreal - Lousy With Sylvianbriar

Of Montreal - Lousy With Sylvianbriar

mercredi 16 octobre 2013, par Marc


Kevin Barnes avait perdu pas mal de monde avec l’album précédent, très inégal et masquant un manque d’inspiration par un changement perpétuel épuisant sur la longueur. On savait que les variations seraient là, mais elles étaient un perpétuel défi à l’attention. C’est la première bonne surprise de cet album (le douzième…). On n’attendait un album qui glisse dans l’oreille et c’est sans doute le premier album d’Of Montreal auquel on puisse associer les qualificatifs de ‘plaisant’ et ‘agréable’. Et même dans le chef d’un artiste singulier et intransigeant, ce n’est ni anodin ni dépréciateur.

Pourtant, on est tellement dans un album d’Of Montreal qu’il est difficile de définir ce qu’on ressent et encore plus d’établir des comparaisons. Tout au plus se dit-on que le riff du premier morceau pourrait introduire un morceau de Blur.

Pourtant, au fil des écoutes, une idée étrange devient de plus en plus insistante. Musicalement, cet album m’a énormément fait penser à… Bob Dylan. Par exemple, Belle Glade Missionnary pourrait être un morceau de Blonde on Blonde si cet album avait été enregistré Chez Maman. Il y a même le phrasé lâche du maître de Duluth, ce qui est flagrant sur Imbecile Rages au refrain plus festif. Le spectre du Dylan d’Highway 61 Revisited plane sur Hegira Emigré. On pourrait aussi ajouter qu’ils partagent le même goût pour l’apposition de très clair et d’obscur, de complication et de limpidité. Pour rester dans la même époque, la folie latente pourrait le rapprocher de Syd Barrett. Revisiter les sixties n’est pas la même chose selon qu’on s’appelle Barnes ou Deschanel.

Et puis on écoute les paroles de Colossus et on prend un coup sur la tête. « Your mother hung herself in the national theater when she was 4 month pregnant with your sister”. Cotillons, tout ça tout ça. Et on n’est pas au bout puisqu’on croisera aussi un “I make myself a monster just to feel something ugly enough to be true” sur Triumph Of Disintegration qui martèle “Running away solves everything”. Et ce ne sont que des exemples pris au vol. On ressent cette bienvenue lourdeur tout au long du Lent et désespéré Obsidian Currents. Pourtant, ce n’est vraiment pas la morosité qu’on ressent au sortir de cet album qui reste un pur produit Of Montreal, festif malgré tout.

Finis les morceaux qui changeaient de direction toutes les 27 secondes, Kevin Barnes arrive à fixer son attention et la nôtre. Est-ce la lassitude qui le pousse à plus de sobriété ? On ne sait pas vraiment, parce que si les textes n’ont jamais paru aussi noirs, ceci est l’album le plus fluide d’Of Montreal. Kevin Barnes semble revenir vers nous, sachant qu’il n’a pas à craindre pour son originalité, qu’il peut conserver tout ce qu’on aime chez lui.

http://www.ofmontreal.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)