Accueil > Critiques > 2013

Mazzy Star - Seasons Of Your Day

vendredi 18 octobre 2013, par marc


Avant les Tindersticks qui revisitent 20 ans de discographie, voici Mazzy Star qui revient. Non, nous ne sommes pas en 1993, mais bien en 2013. Et surtout, à l’inverse du groupe de Nottingham qui n’a jamais vraiment disparu, on était presque sans nouvelle de la formation californienne. Bien évidemment, Hope Sandoval avait sorti des albums sous le nom d’Hope Sandoval and The Warm Inventions, mais après treize secondes, la slide guitar ne laisse absolument aucun doute là-dessus, David Roback est bien de retour. Ils ont repris aux Warm Inventions le batteur Colm O Cisoig qui signe son deuxième retour fracassant de l’année, le premier étant avec My Bloody Valentine.

A-t-on changé depuis 1996 ? Oui, beaucoup. Eux, pas tellement on dirait, et c’est finalement une bonne nouvelle. On entend moins Hope Sandoval maintenant, parce qu‘il y a une nouvelle génération de chanteuses à forte personnalité (Soap & Skin, Zola Jesus) qui hantent nos nuits et collaborent avec les plus pertinents sorciers du son actuels. Et puis il y celles qu’on a présenté comme des suiveuses et qui se sont révélées plus passionnantes et sympathiques. C’est toi que je vise, Marissa.

Pour marquer le coup et laisser revenir les fans de la première heure maintenant quadragénaires pour la plupart, il faut que les marqueurs restent forts. On retrouve donc logiquement des guitares un peu rêveuses au fond d’I Gotta Stop. Et si au c’est assez identique à Hope Sandoval and The Warm Inventions, la guitare peut toujours faire la différence. Lay Myself Down reprend leur habitude de la fin d’album instrumentale et fouillée

Autant d’années, d’albums, d’attente, pour un album qui recycle à l’envi un style mais n’apporte plus de bons morceaux à ceux des trois premiers albums. Pas de Flowers In December, de Fade Into You ici. C’est le manque de vraie perle qui rend cet album un peu moins enthousiasmant, et qui se fait sans doute oublier le plus vite. 17 ans pour un album qu’on n’est pas certain d’écouter encore, c’est peut-être beaucoup. Et une autre question se pose : pourquoi avoir attendu si longtemps ?

Ça, c’est pour le côté détaché de celui qui se targue d’écrire des articles. Quand l’auditeur écoute cet album, c’est surtout le plaisir des retrouvailles et d’avoir trouvé un album pour l’automne qui prime. Même sans le support des mélodies marquantes et occasionnellement inoubliables, la voix reste. Pareille à elle-même, un peu boudeuse, chargée de tout le spleen de la terre.

Pour les plus jeunes ou ceux qui n’avaient pas eu vent du groupe, cet album n’est peut-être pas la meilleure manière de l’aborder. Mais pas la pire non plus, convenons-en, tant les caractéristiques de Mazzy Star, la voix d’enfant lassé d’Hope Sandoval, une langueur inimitable et le brouillard velvetien sont encore là. La mélancolie a deux sources sur cet album. Celle qui sourd immanquablement de ces comptines à la lassitude impeccable. Mais aussi la sensation de temps qui passe, des choses qui ne sont immuables que parce qu’elles n’ont pas voulu évoluer.

http://www.hopesandoval.com/home.shtml
http://mazzystarstore.co.uk/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)