Accueil > Musique > 2013 > Gaëtan Roussel - Orpailleur

Gaëtan Roussel - Orpailleur

mercredi 23 octobre 2013, par Marc

Hors pair


Le premier album de Gaëtan Roussel tentait comme beaucoup de trouver à réconcilier la facilité pop anglophone et l’emploi de la langue française. Le résultat reposait sur des gimmicks et des répétitions et pouvait au choix fonctionner ou irriter. Mais en chemin, il avait montré une vraie personnalité, et le résultat était bien différent du groupe qui l’avait fait connaitre. Ajoutons un succès critique qui a culminé avec des victoires de la musique et des ventes et vous comprendrez qu’il n’y avait pas de bouleversement à attendre tant il semblait avoir trouvé sa voie. L‘évolution est donc discrète et logique, passant notamment par l’abandon progressif de l’anglais et un son plus épais, ce qui constitue deux bonnes idées.

C’est rien mais c’est si compliqué/La simplicité clame le premier morceau de cet Orpailleur qui sonne à la fois comme un manifeste et un aveu. Gaetan Roussel consacre beaucoup d’efforts à trouver la simplicité et c’est en effet une bonne définition du travail de l’orfèvre pop. Il ponctue cette entrée en matière d’une belle montée avant d’enchaîner avec Eoliennes qui est un choix de single assez pertinent.

Oublions les paroles pour le moment, c’est leur musicalité qui prime, leur impact dans la chanson, plus que des vers immortels qu’on voudrait écrire sur ses cahiers. En tant que véhicules de chansons, en tout cas, ça fonctionne, et l’aplomb avec lequel elles sont servies, leur apparent premier degré décomplexé aident beaucoup. Décortiquer amènera à plus de perplexité que d’admiration. Par écrit, Matrice doit sembler bien absconse. Replacés dans le contexte de la chanson, les mots s’insèrent parfaitement dans ce morceau plus musclé. Sans doute par goût personnel, mais à part la réussite du premier morceau, je suis plus réticent quand il s’appesantit sur le sens (La Poesie qui bénéficie d’un chouette apport de violon).

Les morceaux sont basés sur des gimmicks, musicaux ou vocaux, et on les apprécie plus ou moins en fonction de leur réussite. Mais si quelques moments du premier album pouvaient même irriter sur la longueur, on dénote moins de dispersion sur cet album plutôt court. Certes, on ne comprend pas trop ce qui le pousse à apposer Face Aux Etoiles et We Will Be Strong qui en est une version moins convaincante pour diluer en 7 minutes ce qui était intéressant en trois.

Musicalement donc, il maintient le cap d’une musique légère et pas prétentieuse, la saupoudrant à l’occasion d’accents dub (Par-Dessus Tes Epaules), acoustiques (Hum Hum Hum) ou plus délirants (Orpailleur). Cet album de Gaetan Roussel, c’est une proposition de musique, une certaine idée de la pop à la française. Il a tout de suite trouvé sa voie avec son premier album et il la pousse logiquement plus avant sur celui-ci qui grandit au fil des écoutes.

http://www.gaetanroussel.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)