Accueil > Critiques > 2013

Gaëtan Roussel - Orpailleur

mercredi 23 octobre 2013, par marc

Hors pair


Le premier album de Gaëtan Roussel tentait comme beaucoup de trouver à réconcilier la facilité pop anglophone et l’emploi de la langue française. Le résultat reposait sur des gimmicks et des répétitions et pouvait au choix fonctionner ou irriter. Mais en chemin, il avait montré une vraie personnalité, et le résultat était bien différent du groupe qui l’avait fait connaitre. Ajoutons un succès critique qui a culminé avec des victoires de la musique et des ventes et vous comprendrez qu’il n’y avait pas de bouleversement à attendre tant il semblait avoir trouvé sa voie. L‘évolution est donc discrète et logique, passant notamment par l’abandon progressif de l’anglais et un son plus épais, ce qui constitue deux bonnes idées.

C’est rien mais c’est si compliqué/La simplicité clame le premier morceau de cet Orpailleur qui sonne à la fois comme un manifeste et un aveu. Gaetan Roussel consacre beaucoup d’efforts à trouver la simplicité et c’est en effet une bonne définition du travail de l’orfèvre pop. Il ponctue cette entrée en matière d’une belle montée avant d’enchaîner avec Eoliennes qui est un choix de single assez pertinent.

Oublions les paroles pour le moment, c’est leur musicalité qui prime, leur impact dans la chanson, plus que des vers immortels qu’on voudrait écrire sur ses cahiers. En tant que véhicules de chansons, en tout cas, ça fonctionne, et l’aplomb avec lequel elles sont servies, leur apparent premier degré décomplexé aident beaucoup. Décortiquer amènera à plus de perplexité que d’admiration. Par écrit, Matrice doit sembler bien absconse. Replacés dans le contexte de la chanson, les mots s’insèrent parfaitement dans ce morceau plus musclé. Sans doute par goût personnel, mais à part la réussite du premier morceau, je suis plus réticent quand il s’appesantit sur le sens (La Poesie qui bénéficie d’un chouette apport de violon).

Les morceaux sont basés sur des gimmicks, musicaux ou vocaux, et on les apprécie plus ou moins en fonction de leur réussite. Mais si quelques moments du premier album pouvaient même irriter sur la longueur, on dénote moins de dispersion sur cet album plutôt court. Certes, on ne comprend pas trop ce qui le pousse à apposer Face Aux Etoiles et We Will Be Strong qui en est une version moins convaincante pour diluer en 7 minutes ce qui était intéressant en trois.

Musicalement donc, il maintient le cap d’une musique légère et pas prétentieuse, la saupoudrant à l’occasion d’accents dub (Par-Dessus Tes Epaules), acoustiques (Hum Hum Hum) ou plus délirants (Orpailleur). Cet album de Gaetan Roussel, c’est une proposition de musique, une certaine idée de la pop à la française. Il a tout de suite trouvé sa voie avec son premier album et il la pousse logiquement plus avant sur celui-ci qui grandit au fil des écoutes.

http://www.gaetanroussel.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)