Accueil > Musique > 2013 > Moonface - Julia With Blue Jeans On

Moonface - Julia With Blue Jeans On

mardi 29 octobre 2013, par Marc

Tout seul comme un vrai grand


On ne sait pas quand Wolf Parade reprendra le chemin des studios et des scènes, mais il semble que les deux comparses principaux se soient trouvé des occupations bien intéressantes. Pour Dan Boeckner, c’est avec Brett Daniels des géniaux Spoon qu’il a formé les Divine Fits et ils semblent très bien s’amuser. Non seulement le prolifique Spencer Krug multiplie les groupes tous enthousiasmants (Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake, Moonface) mais au sein même de ce qui apparaît comme son projet le plus personnel, il différencie nettement les albums. Après un premier enregistré tout seul mais avec un renfort technologique et le sombre et dense Heartbreaking Bravery avec une formation finlandaise, le voici tout seul avec son piano.

Cet album a suscité une certaine attente chez quelques-uns dont je me compte. On le savait, un piano et sa voix, on n’a pas besoin de beaucoup plus. De rien de plus en fait. Quand la mélodie du premier morceau se fait tortueuse, on sait qu’on va le suivre dans ses chemins escarpés. Barbarian est tout simplement intense et captivant. Et comme il enchaîne d’emblée avec Everyone Is Noah, Everyone Is The Ark qui avait servi de très alléchant teaser de l’album, on est définitivement conquis. C’est un des morceaux les plus percutants de cet album, avec un certain crescendo. Bien entendu, il est presque impossible de maintenir ce niveau, surtout que s’enquiller 10 chansons qui ne se permettent rien d’autre que du piano et de la voix est un exercice âpre à mener à bien sur la longueur. Il est tellement peu inhibé qu’il n’hésite pas à se lancer dans un instrumental.

Sa voix et son ton restent particuliers, mais la bonne surprise est qu’il n’en fait pas des caisses, même si on sent que la pédale forte du piano est enfoncée à fond la plupart du temps (Barbarian II, November 2011). Le joli November 2011 comporte une mélodie évidente, démontrant que ce garçon maitrise le songwriting classique, indépendamment des circonvolutions dont sa musique est capable. Les albums de Sunset Rubdown ne sont par exemple pas toujours limpides.

Il y a donc les morceaux où notre imagination d’auditeur ne crée pas d’environnement plus spacieux à ces morceaux qui se suffisent à eux-mêmes et qui constituent logiquement les plus évidentes réussites déjà mentionnées auxquels on ajoutera la plage titulaire qui décide de repartir. Mais c’est aussi un des morceaux où on imagine qu’un apport extérieur aurait pu encore rendre la chanson plus percutante. Dreamy Summer est plus répétitif et un rien moins intéressant. Puis ce long morceau s’emballe tout seul avec le piano seul. Oui, c’est un de ces moments où on pense à ce que la guitare de Boeckner pourrait apporter.

Il n’y a plus qu’à aller vérifier tout ce que cet album donne en public. Ce sera au Stuk de Leuven et on vous en reparlera. Le talent de Spencer Krug est pour nous tellement manifeste qu’il semblait tout à fait logique qu’il se lance un jour ou l’autre dans un projet comme celui-ci (et transforme l’essai d’emblée) avant de sans doute repartir vers de nouvelles aventures. La discographie de Moonface commence mine de rien à avoir une sacrée gueule…

http://www.moonface.ca/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)