Accueil > Musique > Concerts > Basia Bulat, Botanique, 01/11/2013

Basia Bulat, Botanique, 01/11/2013

dimanche 3 novembre 2013, par Marc

Trois pour le prix d’une


C’est un 2 janvier, jour déprimant s’il en est, que ma journée avait été illuminée du fantastique Snakes and Ladders. Il est logique donc que le premier concert de Basia Bulat ait lieu un jour de Toussaint.

Le concert était prévu dans la petite salle du Witloof mais les organisateurs ont décidé de grouper ce concert avec celui de la Rotonde. Trois artistes pour le prix d’une donc, et on découvre par hasard Alaska Gold Rush. Un chanteur-guitariste, un batteur, vous vous dites comme moi que ça ressemble à Two Gallants. Et, de fait, ce duo belge est très influencé par toute cette mythologie du sud des Etats-Unis. Leur premier EP vient à peine de sortir de presse, donc ils sont tout neufs tout frais. Leur abattage est en tous cas prometteur. On en reparle dès que l’occasion se présente.

Mais on s’était déplacé pour Basia. Et elle arrive flanquée de deux musiciens, un bassiste et un batteur. On la pensait seule, et c’est une bonne surprise. Trois pour le prix d’une, on vous l’avait dit. La voix passe comme sur album et tout est dit ou presque. C’est intime, puissant, maîtrisé de bout en bout. Certes, on n’arrive pas toujours à mettre un nom sur les instruments (si vous pouvez me renseigner après avoir vu les photos, je suis preneur) mais on reconnait ces morceaux. Evidemment, elle puise dans son Tall Tall Shadow sorti il y a un petit mois, faisant l’impasse complète sur son premier album pourtant chargé en perles (Little Walz, Snakes and Ladders, Pilgrim Vine). Mais ce n’est pas important, elle rayonne littéralement, et son sourire timide et sincère séduit indéniablement. Et puis il y a les morceaux, It Can’t Be You qui n’a besoin de personne pour vibrer, Paris Or Amsterdam dont on avait déjà goûté le charme sur album ou Heart Of My Own.

Dans une salle sans doute pas venue exclusivement pour elle, on sent les applaudissements grandir au fil des morceaux. Hush était un morceau a capella qui figurait dans les bonus de la version itunes. Pas trop passionnant en mp3, il prend toute sa mesure quand elle l’exécute seule sans micro ni instrument dans une Rotonde conquise. Voilà, le concert se termine par un grand moment d’émotion. Non, on ne verra pas ce qu’à fait Nadine Shah, on se fait offrir puis signer un vinyle et on retourne dans la nuit bruxelloise avec un grand sourire...

L’intégralité des images est ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Basia Bulat, Botanique, 01/11/2013 3 novembre 2013 17:44, par Erwan

    Je n’ai jamais eu la chance de la voir sur scène, ses tournées européennes sont souvent cantonnées aux capitales, dommage ça à l’air chouette. Pour les instruments c’est l’autoharp et le charango pour la drôle de guitare au petit corps et gros manche.

    repondre message

    • Basia Bulat, Botanique, 01/11/2013 3 novembre 2013 18:41, par Marc

      Depuis le temps que je l’écoute, c’est la première occasion de la voir en vrai. C’était un peu court malheureusement. Merci pour les noms d’instruments je savais que je pouvais compter sur toi !

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)