Accueil > Musique > 2014 > Aetherlone - Aetherlone

Aetherlone - Aetherlone

lundi 27 janvier 2014, par Marc

Mouvement en chambre


Peut-on vraiment parler de mouvement pour tous ces artistes discrets qui justement ont fait d’un certain isolement leur contexte créatif favori. Ils développent de petites perles chez eux presque tout seuls et puis les proposent au monde. Ils se produisent sous le nom de Perfume Genius, Porcelain Raft, Youth Lagoon ou Mount Eerie. A cette liste de choses recommandables, on ajoutera Aetherlone.

Un peu plus expérimenté que ses coreligionnaires, le Français Sebastian Müller Thür est un multi-instrumentiste et ingénieur du son déjà aperçu aux côtés de Boy And The Echo Choir. Il se retrouve d’ailleurs sur l’excellent label My Little Cab Records (My Name Is Nobody).

Ecouter cet album de façon superficielle peut être gratifiant, certes, mais ce n’est pas là qu’on trouvera ses principales qualités. Parce que pour que certains trésors vivent heureux, il faut visiblement qu’ils vivent cachés. Par exemple, la voix est peu spectaculaire, mais qui s’inscrit assez naturellement dans la musique, et dès le premier morceau elle se voit renforcée de chœurs en apesanteur et soutenus par une pulsation que vient perturber une batterie pour monter tout en légèreté.

Parfois cette musique se fait floue, douce et vaporeuse. Mountain Tops,/Avalanches l’arrêté Not A Dance. C’est sans doute moins brilliant mélodiquement, mais si vous avez aimé de jolies choses comme DM Stith, The Light est dans vos cordes. Mais des apports électriques peuvent aussi renvoyer à l’était d’esprit langoureux de Sophia, ce qui est très manifeste sur Fly/Drive quand les éclats de voix se font plus expressif ou encore au détour de Sunshine #2.

Mais ces morceaux savent aussi se faire métastables, perturbant leur propre équilibre. Here & Now nous gratifie ainsi d’une belle nuée électrique. La discrétion de The Unemployed Soulhunter aurait pu figurer sur le premier album de Girls In Hawai. On s’y croirait, il y a même les voix au mégaphone. Les amateurs de ces mélangeurs d’âme et de synthétique comme Sébastien Schuller ouLow Vertical apprécieraient également.

Un peu froid et distant d’abord, cet album d’Aetherlone nécessite un peu de persévérance pour se laisser apprivoiser. C’est qu’il n’y a rien de clinquant, de spectaculaire pour en faciliter l’accès. Après quelques écoutes cependant, il y a de grandes chances que vous ayez rendu les armes et que beaucoup de bribes de et album vous poursuivront longtemps. En clair, ceci est un conseil.

http://www.aetherlone.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)