Accueil > Critiques > 2014

Aetherlone - Aetherlone

lundi 27 janvier 2014, par marc

Mouvement en chambre


Peut-on vraiment parler de mouvement pour tous ces artistes discrets qui justement ont fait d’un certain isolement leur contexte créatif favori. Ils développent de petites perles chez eux presque tout seuls et puis les proposent au monde. Ils se produisent sous le nom de Perfume Genius, Porcelain Raft, Youth Lagoon ou Mount Eerie. A cette liste de choses recommandables, on ajoutera Aetherlone.

Un peu plus expérimenté que ses coreligionnaires, le Français Sebastian Müller Thür est un multi-instrumentiste et ingénieur du son déjà aperçu aux côtés de Boy And The Echo Choir. Il se retrouve d’ailleurs sur l’excellent label My Little Cab Records (My Name Is Nobody).

Ecouter cet album de façon superficielle peut être gratifiant, certes, mais ce n’est pas là qu’on trouvera ses principales qualités. Parce que pour que certains trésors vivent heureux, il faut visiblement qu’ils vivent cachés. Par exemple, la voix est peu spectaculaire, mais qui s’inscrit assez naturellement dans la musique, et dès le premier morceau elle se voit renforcée de chœurs en apesanteur et soutenus par une pulsation que vient perturber une batterie pour monter tout en légèreté.

Parfois cette musique se fait floue, douce et vaporeuse. Mountain Tops,/Avalanches l’arrêté Not A Dance. C’est sans doute moins brilliant mélodiquement, mais si vous avez aimé de jolies choses comme DM Stith, The Light est dans vos cordes. Mais des apports électriques peuvent aussi renvoyer à l’était d’esprit langoureux de Sophia, ce qui est très manifeste sur Fly/Drive quand les éclats de voix se font plus expressif ou encore au détour de Sunshine #2.

Mais ces morceaux savent aussi se faire métastables, perturbant leur propre équilibre. Here & Now nous gratifie ainsi d’une belle nuée électrique. La discrétion de The Unemployed Soulhunter aurait pu figurer sur le premier album de Girls In Hawai. On s’y croirait, il y a même les voix au mégaphone. Les amateurs de ces mélangeurs d’âme et de synthétique comme Sébastien Schuller ouLow Vertical apprécieraient également.

Un peu froid et distant d’abord, cet album d’Aetherlone nécessite un peu de persévérance pour se laisser apprivoiser. C’est qu’il n’y a rien de clinquant, de spectaculaire pour en faciliter l’accès. Après quelques écoutes cependant, il y a de grandes chances que vous ayez rendu les armes et que beaucoup de bribes de et album vous poursuivront longtemps. En clair, ceci est un conseil.

http://www.aetherlone.com

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)