Accueil > Musique > 2014 > Thee Silver Mt Zion Memorial Orchestra - Fuck Off Get Free We Pour Light on (...)

Thee Silver Mt Zion Memorial Orchestra - Fuck Off Get Free We Pour Light on Everything

mercredi 29 janvier 2014, par Marc


« We’re coming from an island called Montreal. We make a lot of noise ‘cause we love each other.”

C’est une voix d’enfant ; celle d’Ezra, le fils des membres Jessica Moss et Efrim Menuck, qui ouvre le nouvel album de Thee Silver Mt Zion Memorial Orchestra. Ce qui suit est bien moins infantile et mignon, et pousse les vu-mètres dans le rouge. Fuck Off Get Free (For The Island Of Montreal) est épique, terrifiant, avec ce qu’il fait de lourdeur (cette variation aux deux tiers !) et ces chœurs qui font toujours mouche. Il se place dans la lignée logique de ce qu’on a pu entendre d’eux récemment mais avec ce petit supplément difficile à quantifier d’envie et de mordant.

Il faut dire que Kollaps Tradixionales et l’EP The West Will Rise again avaient annoncé la couleur, celle de l’orage électrique. Mais sur ces deux publications, on avait pensé que si leur évolution était louable, elle n’avait pas encore trouvé les grands morceaux pour l’incarner. Voilà, c’est chose faite. De cet EP vendu lors de leur dernière tournée survit encore What We Loved Was Not Enough dont la trame lancinante et répétitive trouve un meilleur environnement ici.

Un des moyens les plus surs d’identifier un groupe de post-rock est l’énergie qu’il met à nier cette étiquette. Dans le cas du collectif à géométrie variable de Montréal, cette négation est bien plus légitime et le devient de plus en plus pertinente. Si plusieurs membres dont le guitariste/chanteur Efrim Menuck font aussi partie du collectif Godspeed You Black Emperor, c’est le son, le style de production qui sont communs, pas le résultat. En raccourci, on pourrait dire qu’ils essaient d’en encapsuler l’esprit dans un format plus ‘chanson’ Les guillemets sont de rigueur, trois des six derniers morceaux dépassant allègrement les dix minutes. On retrouve chez eux l’entrain, la liberté qui nous manque chez Arcade Fire depuis qu’ils ont décidé de devenir un immense groupe un peu distant.

Ce qui est plus marquant, c’est que s’il y a des montées, il n’y a que peu de descentes, presque plus de respirations et écouter le tour réclame d’être dans la disposition adéquate. Austerity Blues se révèle un peu plus crevant sur la longueur, un peu comme l’excellent mais éreintant exercice de Sailors With Wax Wings. Mais s’ils arrivent à y placer une accélération, on a droit aussi à une petite pause. Après l’étreinte continue de Take Away These Grave Blues, le court Little Ones Run vient apporter une respiration bienvenue.

Par rapport au passé récent, c’est un peu pareil, mais en mieux. Cet album est un peu celui qu’on était en droit d’attendre de leur part. Rien ne change fondamentalement, mais tout est plus cohérent, abordé avec une envie plus grande, une volonté d’en découdre parfois éreintante mais salutaire.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)