Accueil > Musique > 2014 > Xiu Xiu - Angel Guts : Red Classroom

Xiu Xiu - Angel Guts : Red Classroom

samedi 1er février 2014, par Marc

Même pas peur !


Peu de choses me font peur, à part les seringues et Jamie Stewart. Certes, il y a cette voix qu’on imagine enregistrée au fond de l’armoire où il s’est caché des monstres. C’est au-delà de l’affectation, c’est un style en soi. Et puis il y a ces éruptions, cette tension qui nait de la certitude que l’explosion peut intervenir n’importe quand. Et quand Nathan Fournier de playlistsociety lui a demandé de faire son bilan 2013, il en a profité pour sortir une suite de haikus sur le nihilisme. Non, ce garçon n’est pas ordinaire.

A l’inverse d’un Alice Cooper ou d’un Marylin Manson, ce n’est pas une couche de sang apposée sur des morceaux un somme toute plus conventionnels, mais un vrai état d’esprit. Les publics ne sont pas les mêmes, et il me semble tout à fait normal de ne pas être sensible à la musique de Xiu Xiu tant elle est âpre parfois et laisse beaucoup de place au ressenti. Pour moi, sa musique a le même pouvoir anxiogène que celle de Suicide (qu’ils reprennent sur scène de façon forcément convaincante). Et, à l’instar des enfants qui veulent réentendre une histoire qui les effraie, il y a aussi un effet addictif.

La musique souligne cette tension, même si d’une manière générale elle reste moins dérangeante que la voix. Ce ne sont pas des nappes de synthés décontractantes pour autant. Les instruments sont souvent électroniques, et la rythmique rend le tout plus expressif et plus digeste à la fois. Articuler un morceau sur les rythmes rend Black Dick irrésistible et intrigant. La nervosité évoque une poursuite devant le danger (Cinthya’s Unisex). Dans quel état doit-on se mettre pour enregistrer ce genre de morceau ? Bitter Melon est quant à lui un morceau accessible, reposant sur une progression d’accords émouvante et un rythme simple tout de même rehaussé de sons plus arides (on ne se refait pas).

Vos petits nerfs ne seront sans doute pas reconnaissants d’avoir écouté The Silver Platter et ce n’est sans doute pas une bonne idée de faire écouter ceci à votre entourage non averti. De même, certaines poussées de fièvre d’Adult Friends ou El Naco contribuent à ce climat anxiogène, qui est très bien dosé et réparti. Ecouter cet album est une expérience, certes, mais plutôt revigorante, même si dans le détail, certains moments sont un peu rudes (A Knife In The Sun). :Red Classroom est là pour donner le dernier petit frisson (genre de celui qui est la réaction de la craie sur un tableau) avant la fin.

Parfois l’intransigeance de James Stewart ne nous permet pas de le suivre, et on n’a pas pu accrocher l’an pasé aux wagons de son vinyle en collaboration avec Eugene Robinson et Nina. Mais quand il reprend les choses où ils les avaient laissé avec Always avec cet album inspiré d’un vieux film érotique japonais, on replonge instantanément. James Stewart est un artiste, avec une vision, un univers, et il dégage la sensation qu’il vit ce qu’il crée.

http://xiuxiu.org/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)