Accueil > Musique > 2014 > Xiu Xiu - Angel Guts : Red Classroom

Xiu Xiu - Angel Guts : Red Classroom

samedi 1er février 2014, par Marc

Même pas peur !


Peu de choses me font peur, à part les seringues et Jamie Stewart. Certes, il y a cette voix qu’on imagine enregistrée au fond de l’armoire où il s’est caché des monstres. C’est au-delà de l’affectation, c’est un style en soi. Et puis il y a ces éruptions, cette tension qui nait de la certitude que l’explosion peut intervenir n’importe quand. Et quand Nathan Fournier de playlistsociety lui a demandé de faire son bilan 2013, il en a profité pour sortir une suite de haikus sur le nihilisme. Non, ce garçon n’est pas ordinaire.

A l’inverse d’un Alice Cooper ou d’un Marylin Manson, ce n’est pas une couche de sang apposée sur des morceaux un somme toute plus conventionnels, mais un vrai état d’esprit. Les publics ne sont pas les mêmes, et il me semble tout à fait normal de ne pas être sensible à la musique de Xiu Xiu tant elle est âpre parfois et laisse beaucoup de place au ressenti. Pour moi, sa musique a le même pouvoir anxiogène que celle de Suicide (qu’ils reprennent sur scène de façon forcément convaincante). Et, à l’instar des enfants qui veulent réentendre une histoire qui les effraie, il y a aussi un effet addictif.

La musique souligne cette tension, même si d’une manière générale elle reste moins dérangeante que la voix. Ce ne sont pas des nappes de synthés décontractantes pour autant. Les instruments sont souvent électroniques, et la rythmique rend le tout plus expressif et plus digeste à la fois. Articuler un morceau sur les rythmes rend Black Dick irrésistible et intrigant. La nervosité évoque une poursuite devant le danger (Cinthya’s Unisex). Dans quel état doit-on se mettre pour enregistrer ce genre de morceau ? Bitter Melon est quant à lui un morceau accessible, reposant sur une progression d’accords émouvante et un rythme simple tout de même rehaussé de sons plus arides (on ne se refait pas).

Vos petits nerfs ne seront sans doute pas reconnaissants d’avoir écouté The Silver Platter et ce n’est sans doute pas une bonne idée de faire écouter ceci à votre entourage non averti. De même, certaines poussées de fièvre d’Adult Friends ou El Naco contribuent à ce climat anxiogène, qui est très bien dosé et réparti. Ecouter cet album est une expérience, certes, mais plutôt revigorante, même si dans le détail, certains moments sont un peu rudes (A Knife In The Sun). :Red Classroom est là pour donner le dernier petit frisson (genre de celui qui est la réaction de la craie sur un tableau) avant la fin.

Parfois l’intransigeance de James Stewart ne nous permet pas de le suivre, et on n’a pas pu accrocher l’an pasé aux wagons de son vinyle en collaboration avec Eugene Robinson et Nina. Mais quand il reprend les choses où ils les avaient laissé avec Always avec cet album inspiré d’un vieux film érotique japonais, on replonge instantanément. James Stewart est un artiste, avec une vision, un univers, et il dégage la sensation qu’il vit ce qu’il crée.

http://xiuxiu.org/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)