Accueil > Musique > 2014 > Marissa Nadler - July

Marissa Nadler - July

samedi 15 février 2014, par Marc


Oui, rien ne ressemble plus à un album de Marissa Nadler qu’un autre album de Marissa Nadler. Mais maintenant qu’on la suit depuis plusieurs années, l’évolution est tout de même palpable, il y a de plus en plus d’instruments quand on tend l’oreille.

Par rapport à la référence souvent dégainée en début de carrière, à savoir Mazzy Star, on peut reconnaitre à Marissa une personnalité qui se différencie de plus en plus de celle d’Hope Sandoval et puis elle inspire plus de sympathie aussi. Sur l’album précédent, il y avait une vraie volonté d’ampleur, ce qui nous a valu quelques très grands moments comme Baby I’ll Leave You In The Morning. Mais qu’on se rassure, elle n’a pas viré mainstream (ce qui serait son droit le plus strict après tout), et on la retrouve intacte dès le très aérien Drive.

Les apports instrumentaux sont donc toujours discrets mais judicieux. Les violons de 1923 dont le lancinant Baby come back to me est une des phrases qui restent en tête après la fin de l’album. Was It A Dream sent aussi bon la volonté de faire de la musique ensemble et cette finesse d’arrangement offre un joli contrepoint à Desire. Mais certains morceaux restent toujours très minimalistes comme Firecrackers dont sourd une mélancolie tenace.

Autre caractéristique, la voix angélique et la douceur ne laissent pas toujours deviner la noirceur ou la franchise des paroles. On surprend donc un I called you when I was drunk all the time au detour d’Holiday In.

C’est maintenant certain, on ne peut plus appréhender Marissa Nadler comme les autres artistes. Ca fait trop d’années qu’on entend tellement toujours la même chose de sa part qu’on prend cet album plus comme une dose nécessaire d’une addiction que comme une raison de s’enflammer ou de se laisser surprendre. Comme une toile de Warhol ou de Magritte, on reconnait une chanson de Marissa Nadler dans la seconde. Et comme il est aussi convenu que les grands réalisateurs refont toujours le même film, les albums de l’américaine ne présentent que d’infimes variations, que de toutes petites touches d’évolutions qui ne sont discernables qu’avec une analyse poussée. July est donc un bon album de Marissa qui n’en a de toute façon jamais livré de médiocres.

http://marissanadler.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Marissa Nadler - July 17 février 2014 10:06, par le cousin de la reine de trêfle

    Je n’ai pas encore écouté cet album ; mais s’il est dans la veine de ses prédécesseurs, et je n’en doute pas, pourquoi seulement 3 étoiles ? peut-être cette dérangeante impression de continu, voire de redite, auxquelles n’échappent-pas d’autres grandes dames (Shannon Wright, Lisa Germano )... et à qui bien sûr je pardonne tout !

    repondre message

    • Marissa Nadler - July 17 février 2014 13:19, par Marc

      Bah, encore une fois, la cote "étoilée" est simplement indicative, et c’est le texte qui est plus important. Ceci dit, c’est un album typique de Marissa Nadler, avec la qualité qu’on peut en espérer, mais j’avais été plus secoué par plus de morceaux sur l’album précédent. C’est une artiste "quatre étoiles" depuis de nombreuses années, et ça, ça ne change pas.

      Je suis curieux d’avoir ton avis sur cet album d’ailleurs.

      repondre message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)