Accueil > Critiques > 2014

The Notwist - Close To The Glass

lundi 24 février 2014, par marc

Et à la fin...


Gary Lineker a dit un jour « Le football est un sport simple : 22 hommes poursuivent un ballon pendant 90 minutes et à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent ». Is serait évidemment hasardeux d’étendre cette maxime à la musique, mais c’est ce qui m’est venu en tête quand après quelques écoutes circonspectes, le charme de The Notwist a réapparu.

The Notwist semblait avoir trouvé la formule magique sur ses albums précédents (celui-ci est tout de même le huitième album studio), et il faut simplement le temps pour se rendre compte qu’un certain équilibre est encore là.

Plein de sons ploing ploing sur Signals restent tout au long du morceau et semblent plus présents que la progression d’accords qui sous-tend la montée. Cet apport semble artificiel pour la première fois, alors qu’une de leurs forces était justement de mixer le mélange subtilement pour qu’il produise un effet unique, quelque part entre mélancolie et euphorie, dans cette ligne de partage des eaux qui se côtoient sans se contaminer. Close To The Glass est ainsi pris entre deux eaux, entre quelque chose de bien délicat et du plus fort (à la The Knife). Pour le coup, le mélange prend mais on a aussi l’impression de passer à côté de quelque chose de plus puissant. Ou pas, puisqu’on retrouve aussi leur façon tellement particulière de ne jamais trop en faire.

Il faut attendre Kong pour que cet aspect gadget se dissipe. Il y a même du violon à cordes dessus, vers la fin. Close To The Glass est donc un peu lent au démarrage, sans doute pour que le reste puisse percoler sans peine. Lineri qui tente de faire monter le son en neige sans faire appel au chant. C’est culotté et plutôt réussi, même si la fin parait longuette. Mais le style des Allemands est aussi de pouvoir incorporer au besoin d’autres genres à leur mélange. Par exempke, du rock lysergique à la My Bloody Valentine en moins gloubiboulga sonore (Seven Hour Drive)

Et puis il y a ces petits morceaux de moins de deux minutes qui frappent fort et juste, droit au cœur (Steppin’ In), et ils restent souvent pop et accessibles et charmants (Casino). Il faut cependant attendre la fin de Run Run Run pour retrouver en un seul morceau toutes leurs composantes en une seule pièce, suscitant émotion et intensité.

Quelques autres formations vraiment intéressantes dans cette branche sont venus enchanter nos oreilles ces dernières années (Low Vertical, Marble Sounds, Throw Me The Statue par exemple) mais on est contents de voir ceux qui sont à l’origine de notre engouement reprendre la main. Close To The Glass est un album forcément attachant, forcément réussi, mais on se rend compte aussi à quel point le charme de The Notwist est fragile, à quel point leurs mélanges sont métastables. Les premières écoutes, il faut bien le dire, se sont révélées décevantes. Le début d’album, surtout, apparait comme déséquilibré. Et puis au fil des écoutes, on redécouvre pourquoi on avait tant apprécié de groupe singulier.

http://notwist.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)