Accueil > Musique > 2014 > Vin Blanc/White Wine - In Every Way But One

Vin Blanc/White Wine - In Every Way But One

mardi 11 mars 2014, par Marc

Voici pour toi, esprit curieux


Membre de deux formations fascinantes mais pas toujours faciles d’accès, Joe Haege est un de ces artistes qu’on aime suivre et qui se cache derrière un patronyme un peu clette. 31 Knots, c’était de l’art rock anguleux et abrasif, intransigeant. Tu Fawning, une étrange aventure envoûtante et inclassable. Ajoutons aussi Menomena qu’il a accompagné sur la route et vous comprendrez que ce projet est très intéressant sur le papier.

Le premier morceau pourrait être un des premiers Wolf Parade. Il en a la pulsation, l’intensité, et c’est exactement ce qu’on attendait. Un plus étrange rapprochement pourrait être fait avec les avatars d’Animal Collective, dont Panda Bear. C’était un point de comparaison très fréquent il y a quelques années mais la sphère d’influence de groupe de Brooklyn a fortement décliné depuis.

Mais on est très très loin de la copie ici. Tout au plus remarque-t-on à l’occasion un effet sur la voix et un piano entêtant. OK, We Get It n’a donc pas côté vraiment éthéré. Il y a sur morceau (et d’autres comme Glassy Eyes) ces batteries dont les sons se réverbèrent sur les murs en marbre blanc. La voix un peu haut perchée qui évoque un peu Avey Tare rend cette impression assez tenace mais l’esprit terroriste est bien plus présent ici. En gros, on sent moins le côté ‘gentils garçons qui ont pris des trucs’ et on profite du gros gimmick bien lourd d’Erase Up !! Ces allusions ne sont là que vous inciter à en savoir plus.

La musique de Vin Blanc/White Wine est finalement très facile mais un peu déviante, un peu inquiétante. Evidemment, certains morceaux poussent le curseur un peu plus loin comme Temple Of Lines avec ses notes martelées. A l’opposé du spectre, le presqu’acoustique Don’t Get Romantic pourrait être un morceau d’Okkervil River. Entre les deux, la réussite la plus patente est sans doute I’m Here, plus direct et vénéneux.

Sur Enable il chante « Able, I’m able, I’m capable of restraining myself” sur un morceau qui rappelle ses amis de Menomena. Et cette assertion sonne comme un manifeste, comme une volonté de domestiquer cette pulsion créatrice.

Chainon manquant entre la folie de Panda Bear et la force de certains Wolf Parade, Vin Blanc/White Wine ravira plus que probablement les esprits curieux, qui veulent se frotter à la grosse intensité d’artiste unique et ayant déjà un univers personnel. Evidemment, ça plaira plus à ceux qui aiment Xiu Xiu qu’à ceux qui chérissent Birdie mais c’est sans doute pile dans le profil supposé du lectorat. On est entre nous, alors on se doit de faire passer les bons plans comme celui-ci.

https://www.facebook.com/vinblancmusic

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)