Accueil > Musique > 2014 > Vin Blanc/White Wine - In Every Way But One

Vin Blanc/White Wine - In Every Way But One

mardi 11 mars 2014, par Marc

Voici pour toi, esprit curieux


Membre de deux formations fascinantes mais pas toujours faciles d’accès, Joe Haege est un de ces artistes qu’on aime suivre et qui se cache derrière un patronyme un peu clette. 31 Knots, c’était de l’art rock anguleux et abrasif, intransigeant. Tu Fawning, une étrange aventure envoûtante et inclassable. Ajoutons aussi Menomena qu’il a accompagné sur la route et vous comprendrez que ce projet est très intéressant sur le papier.

Le premier morceau pourrait être un des premiers Wolf Parade. Il en a la pulsation, l’intensité, et c’est exactement ce qu’on attendait. Un plus étrange rapprochement pourrait être fait avec les avatars d’Animal Collective, dont Panda Bear. C’était un point de comparaison très fréquent il y a quelques années mais la sphère d’influence de groupe de Brooklyn a fortement décliné depuis.

Mais on est très très loin de la copie ici. Tout au plus remarque-t-on à l’occasion un effet sur la voix et un piano entêtant. OK, We Get It n’a donc pas côté vraiment éthéré. Il y a sur morceau (et d’autres comme Glassy Eyes) ces batteries dont les sons se réverbèrent sur les murs en marbre blanc. La voix un peu haut perchée qui évoque un peu Avey Tare rend cette impression assez tenace mais l’esprit terroriste est bien plus présent ici. En gros, on sent moins le côté ‘gentils garçons qui ont pris des trucs’ et on profite du gros gimmick bien lourd d’Erase Up !! Ces allusions ne sont là que vous inciter à en savoir plus.

La musique de Vin Blanc/White Wine est finalement très facile mais un peu déviante, un peu inquiétante. Evidemment, certains morceaux poussent le curseur un peu plus loin comme Temple Of Lines avec ses notes martelées. A l’opposé du spectre, le presqu’acoustique Don’t Get Romantic pourrait être un morceau d’Okkervil River. Entre les deux, la réussite la plus patente est sans doute I’m Here, plus direct et vénéneux.

Sur Enable il chante « Able, I’m able, I’m capable of restraining myself” sur un morceau qui rappelle ses amis de Menomena. Et cette assertion sonne comme un manifeste, comme une volonté de domestiquer cette pulsion créatrice.

Chainon manquant entre la folie de Panda Bear et la force de certains Wolf Parade, Vin Blanc/White Wine ravira plus que probablement les esprits curieux, qui veulent se frotter à la grosse intensité d’artiste unique et ayant déjà un univers personnel. Evidemment, ça plaira plus à ceux qui aiment Xiu Xiu qu’à ceux qui chérissent Birdie mais c’est sans doute pile dans le profil supposé du lectorat. On est entre nous, alors on se doit de faire passer les bons plans comme celui-ci.

https://www.facebook.com/vinblancmusic

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)