Accueil > Musique > 2014 > St Vincent - St Vincent

St Vincent - St Vincent

lundi 24 mars 2014, par Marc

Annie la moderne


La modernité est une idée ancienne, pour ne pas dire une idée du passé. Spécialement en musique, où être dans l’air du temps s’apparente souvent à suivre le revival du moment. Pourtant, quand on écoute ce nouvel album de St Vincent, les références ne servent pas à grand-chose, tout au plus peut-on s’appuyer sur ce qu’on connait et a aimé chez elle. Pour une fois, on a l’impression d’entendre de la musique moderne. Pas une actualisation de choses anciennes, pas une mode, pas un substitut d’une gloire passée, mais la sensation d’écouter ce qui se fait d’intéressant ici et maintenant en 2014. Un peu ce qu’on avait ressenti en écoutant Björk il y a 20 ans. D’ailleurs, on peut à l’Islandaise sur le bruissant Rattlesnakes.

C’est rare, mais il arrive parfois un point où les écoutes sont tellement nombreuses, où cet album est tellement assimilé qu’il annihile la critique. Ce qu’on peut en dire, c’est qu’il est d’office addictif et supporte d’être écouté très souvent, ce qui n’était pas toujours le cas des albums précédents d’Annie. Et puis on reprend l’analyse, on se remet à la chasse au détail et là, impossible de le nier, on a affaire à un grand album. Il semble facile mais très tentant de comparer les pochettes et l’impression qu’elles laissent. Après avoir montré sa charmante et innocente frimousse, Annie Clarke se la joue reine des glaces et sophistication. On a appris à la connaitre, à l’apprivoiser, à distinguer chez elle ce qu’on aimait (ce mélange de feu et de glace) de ce qui nous déconcertait (justement, ce mélange de sucre et d’âpreté), mais on ne peut qu’être surpris par ce nouvel aplomb, et sa capacité à maintenant tout réussir.

Et si on allait chercher chez elle ce qu’on ne retrouve plus toujours chez Bowie ? C’est sans doute un peu forcé, mais elle aussi ose et réussit le grand écart entre facilité pop et explorations. Essayer de cerner le style de St Vincent c’est se condamner à l’échec. Quelques artistes singulières qui savent mêler le chaud et le froid grâce à une technique sans faille. Natasha Khan et Annie Clarke sont de celles-là. Sa voix suffit à remplir l’espace, à orienter à elle seule tout Prince Johnny (est-ce scandaleux d’y entendre un peu d’Alanis Morissette ?).

Mais les plaisirs de cet album sont souvent plus complexes, comme le brillant Birth In Reverse. Et quand Huey Newton semble plus anecdotique, elle le secoue d’un buzz bien plaisant. Digital Witness et sa pulsation est sans doute ce RnB futuriste dont tellement se réclament et que presque personne ne réussit. Puis elle enchaine sans choquer avec le plus sucré (I Prefer Your Love –NDLR to Jesus) qui est bien moins collant que les moments équivalents du passé. Est-ce une réponse à Nina Persson qui affirmait Love is stronger than Jesus/It can kill anyone ?

Donc St Vincent n’était pas une mode passagère, ou quelqu’un qui a tout dit d’emblée. Pourtant, l’album précédent ne m’avait pas complétement séduit (pas plus que sa collaboration avec le légendaire David Byrne). On pensait qu’on avait fait le tour de ses trucs et ficelles. On se trompait lourdement. Album de la maturité ? Sans doute pas parce que le but d’Annie Clarke n’est pas de trouver la formule qui marche, mais de continuer à chercher. Mais son style s’affine, s’affirme album après album et pour la première fois, on cède sans réserve.

http://ilovestvincent.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • St Vincent - St Vincent 5 avril 2014 07:52, par Laurent

    Enfin un "quatre étoiles" ! On est bien d’accord que les cotations, ça reste un prétexte et une notion peu essentielle, mais juste pour le clin d’œil : depuis quelques mois j’ai vu défiler dans ces pages plusieurs albums à qui j’aurais bien rajouté 20% d’estime ! Le dernier St Vincent est en tout cas un honnête coup de cœur ; comme toi je suis resté un peu imperméable aux deux derniers (dont celui avec Byrne) et c’est vrai que pour le coup la miss a retrouvé la forme des débuts. Bonjour chez toi !

    repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)