Accueil > Musique > 2014 > Daphné - La Fauve

Daphné - La Fauve

mercredi 2 avril 2014, par Marc


Il y a tellement peu de chanteuses françaises qu’on suit qu’on se demande comment on a pu faire l’impasse aussi longtemps sur Daphné. Son premier album comportait pourtant quelques titres marquants (L’Insoumise, Anna) mais il avait fallu son album de reprises de Barbara pour rétablir le contact. Qui au vu de cet album-ci ne se perdra sans doute pas de sitôt.

Avec un peu de recul, la voix est proche de celle de Barbara. En moins maniéré, mais tout à fait capable de tenir le premier rôle (Ne Pardonne Pas Trop Vite). Mais cette veine plus épurée n’est pas ce qu’on entend le plus ci, dès le premier langoureux Rocambolesque Marroco. On retrouve tout de suite cette vraie personnalité, sa musique fière et dense. Laquelle peut dégager pas mal de sensualité sur Flores Negras ou s’enrober d’une myriade de violons sur Lady Tangerine. Sur ce morceau, quelques notes, quelques mots ressurgissent et à chaque fois, l’émotion rejaillit. Et 100 Voiliers en l’air monte et monte. Et oui, il m’a fallu un petit temps pour décrypter le calembour du titre...

Benjamin Biolay est bien là sur Ballade Criminelle, qui est une émanation française de la murder ballad tellement populaire dans la musique sombre anglo-saxonne. C’est bon, ce morceau a un ton qui n’est pas celui de l’album, mais est surtout l’occasion de rappeler que Biolay est derrière elle depuis le premier album et espérons que ce genre de duo puisse donner à cet album l’éclairage qu’il mérite. Où Est La Fantaisie ? pourraît être du Moriarty en français. La gouaille est là en tous cas, l’orchestration qui lorgne plus du côté de la Louisiane que du Poitou-Charentes. Le propos est en tout cas amusant, stigmatisant un garçon trop sérieux.

Et puis il y a Abigail, morceau frissonnant dès la première écoute, qui nous laisse entrevoir que ce piano va nous rester en tête longtemps. C’est vers ça que tendent les groupes qui essaient de mêler un peu de synthétique et de l’émotion. Mais il manquera à tous les Aaron et Archive de la terre cette émotion pure, ce chant maîtrisé, ce frissonnement qu’on ne peut créer de toute pièces.

Album complexe mais immédiatement accessible, La Fauve dégage un charme certain qui montre à quel point Daphné maitrise son sujet. Avoir une belle voix (la sienne l’est assurément) ne suffit pas. On le sait et elle aussi. Il faut aussi des mélodies (il y en a beaucoup ici, jetez une oreille sur Vendanges Tardives) et des orchestrations fouillées. Il y a tout ça ici, rappelant qu’on ne doit plus la perdre de vue à l’avenir.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)