Accueil > Critiques > 2014

Cloud Cult - Unplug

jeudi 24 avril 2014, par marc

Ferveur acoustique


Oui, il existe des formations plus attachantes que d’autres et Cloud Cult en fait définitivement partie. Comme on avait bien apprécié leur son toujours chaud et synthétique, on pouvait décemment se demander ce qu’il resterait de leur fougue une fois qu’on les entendrait en acoustique. Mais acoustique ne veut pas dire minimaliste puisqu’ils ont pris violons et trompettes et ne sont pas moins de 8 sur scène.

L’engagement de Cloud Cult n’est donc à aucun moment mis sous l’éteignoir et ce ne sont aucunement des versions ‘feu de camp’ malgré ce qu’ils disent de Complicated Creation. Qui tout comme la montée de Pretty Voice prouve que ce groupe maitrise la puissance de la gueulante. Dès Breakfast With My Shadow (mon petit préféré), ça monte et l’intensité véritable s’installe. Le violon est bien là et il apporte tout son suc. Ils balayent logiquement une discographie maintenant étendue (9 albums tout de même). Je ne connais pas tous leurs albums, donc il y a encore bien des choses à découvrir.

C’est qu’il y a aussi quelques moments bien prenants parce que ce n’est pas seulement une bande de joyeux drilles mais il y a une vraie profondeur, et des pensées bien sombres parfois (Man Jumped Out The Window). Ils ont aussi gardé de jolies harmonies vocales pour supporter The Ghost Inside Our Houses. Les morceaux ont donc été réinterprétés, et on n’a pas l’impression d’une version tronquée ou bien à laquelle il manquerait du courant. Au rayon des réussites, épinglons Chemicals Collide ou les bons vieux Light At The End Of The Tunnel et No Said It Would Be Easy.

Forcément un peu uniforme parce que long (17 titres) et reposant sur une contrainte de départ, cet album est une plaisante confirmation. L’esprit de Cloud Cult ne s’est pas évaporé et cet album permet de jeter un bien agréable éclairage sur leur discographie. De quoi encore augmenter l’attachement qu’on a pour eux, et regretter encore plus fort de ne pas pouvoir les applaudir en concert sur notre continent. Et si vous cherchez un point d’accès à leur discographie, le voilà.

http://www.cloudcult.com/

Ceci n’est pas le même live mais une performance pour la fantastique radio de Seattle KEXP qui peut vous donner une bonne idée :

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)