Accueil > Musique > Concerts > Shearwater, DOK, Gand, 04/05/2014

Shearwater, DOK, Gand, 04/05/2014

lundi 5 mai 2014, par Marc

Rendez-vous en terre peu connue


Cet article aurait pu ne pas exister. Cet article aurait même du ne pas exister. On allait à Gand voir Shearwater comme on assouvit une addiction, histoire de les voir une dernière fois avant qu’ils retournent enregistrer leur nouvel album.

On avait pensé les revoir dans une petite salle, un peu perdue au bord de Gand. Mais on n’avait pas prévu ça. Pas prévu que ce serait plus loin que les cartes le pensaient, plus proche d’un camp gitan au premier abord. On n’avait pas songé qu’il faudrait aller loin au bout de cette pleine qui longe le canal. Et puis on n’imaginait pas qu’au mois de mai ce concert serait en plein air, au milieu d’un petit amphithéâtre naturel dont la taille est plus celle d’une veillée scoute un peu large. Mais ils n’étaient sont pas là pour animer un feu de camp. D’accord, Shearwater pourrait être un totem (c’est un oiseau marin après tout) mais en concert, on sait qu’ils peuvent faire parler la poudre. Le DOK est un centre culturel qui n’organise des concerts que l’été et le moins qu’on puisse dire est que c’est détendu. Si le cœur vous en dit, vous pourrez voir Xiu Xiu dans les mêmes conditions le 18 mai.

Assis sur un banc, devant, on retrouve donc Jesca Hoop, lunettes de soleil sur le nez pour affronter le couchant. Le set est évidemment très identique à celui de mardi, avec la même anecdote au même moment. Et c’est aussi bien, aussi sec dans la guitare, occasionnellement aussi brillant dans la voix. Emmitouflé dans son sweat-shirt, Jonathan Meiburg savoure un bouquin en hauteur.

La température diminue logiquement peu à peu. En mai fait ce qu’il te plait, c’est un dicton de quelqu’un qui n’a pas osé le plein air. Le groupe arrive donc, pour entamer Hidden Lakes. Bonne surprise, le son est bon. Après ce premier morceau, Jonathan nous invite à nous lever, à s’approcher pour se tenir chaud. On obtempère bien évidemment, et on se retrouve à moins de deux mètres d’eux, faisant passer la Rotonde pour un stade impersonnel.

Le set reprend évidemment les morceaux entendus plus tôt dans la semaine, mais en mode plus compact (le concert sera plus court) et surtout, avec pour la première fois en live une version au top d’Animal life. Le ton est définitivement plus rock, plus incisif, et très intense. Pas question pour eux de balancer ce concert devant une audience au final réduite. L’engagement reste total, il fait toujours sonner la fin d’Insolence en faisant vibrer de concert sa cage thoracique et sa guitare. Impressionnant. Petit bonus, l’ingénieur du son a enregistré leur tentative de bain de minuit de la veille, y compris le moment où il se plante et casse sa bouteille de whisky. Ils rient à cette bonne blague, à ce son improbable. Et nous aussi. Ils ne résisteront pas à l’envie de nous resservir cet extrait plus tard, ce qui déclenche leur hilarité et la nôtre.

Pas de temps mort donc, pas de gras, pas de moment creux, et on réécoute avec un plaisir non dissimulé Castaways, Rooks ou I Love The Valley Oh ! Le concert est donc trop vite fini et quand Jonathan Meiburg revient seul, on pense avoir droit à Hail Mary. Mais non, ce sera le déchirant Nobody (tiré de Palo Santo) qui clôturera sous les lampions cette étrange soirée, qui confirme que Shearwater est un groupe à voir, en tout temps et en tout lieu. A très bientôt les amis !

Vous voulez encore des images ? C’est ici

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Si la langue pratiquée à Gand ne vous rebute pas, je vous conseille de lire ceci. Ne me cherchez pas, je suis caché par une enceinte. Il y a ceci aussi

Répondre à cet article

2 Messages

  • Shearwater, DOK, Gand, 04/05/2014 6 mai 2014 17:25, par Mathusalem

    Quelqu’un a dit... Si on te flanque une baffe sur une joue, tends lui l’autre... Ou quelque chose d’approchant... Peu importe finalement, j’ai eu une grosse baffe mardi, et une encore plus forte ce dimanche...Voilà. J’allais parler de l’interprétation impeccable d’"Animal Life", du touchant "Noboby" sous les étoiles... Mais, bon, tu viens de l’écrire... Ha si... Le "Rooks"( Dedicated to the seagulls of Folkestone) n’était pas mal non plus... Bonjour chez vous.

    repondre message

  • Shearwater, DOK, Gand, 04/05/2014 11 mai 2014 11:11, par Guismo

    Oh bordel, moi et ma foutue hésitation.....j’étais à 2 doigts de venir. Vais me couper ces deux doigts pour plus rater ce genre de concert à l’avenir.

    Merci pour le CR.

    repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)