Accueil > Musique > 2014 > Xiu Xiu - Unclouded Sky

Xiu Xiu - Unclouded Sky

mercredi 14 mai 2014, par Marc


Ces dernières années, le Record Store Day s’impose comme un évènement majeur. La version américaine en tous cas permet quelques sorties plus ‘légères’ et tout à fait réjouissantes. En plus d’un best-of sur vinyle agrémenté d’une compilation de raretés (notamment de fameuses reprises tordues), Xiu Xiu en profite pour sortir un album de reprises un peu particulier. Enregistrées en une seule journée dans les studios de sigur Ros, ces versions de morceaux composés entre 1850 et 1920 sont accompagnées d’une seule guitare (un modèle de 1953 offert par son producteur de père).

James Stewart s’est déjà lancé dans des reprises mais de façon plus personnelle, ce qui est presqu’inévitable vu son indéniable originalité. Il a manifestement un grand respect pour ces œuvres interprétées de façon très simple. Lesquelles chansons m’étaient totalement inconnues, à l’exception de Wreck on The Highway qui a été enregistrée par Bruce Springsteen (sur The River) mais date de bien plus tôt. On sent tout de suite à la simplicité de ces chansons que ce sont des classiques, des incunables attachés à la culture des USA. Au contraire de Moriarty qui s’est aussi frotté récemment à ce répertoire de façon plaisante mais scolaire et littérale, il apporte sa patte à toutes ces versions.

Non, on ne s’attendait pas nécessairement à ce qu’il sorte des morceaux aussi dépouillées. Pour ceux qui en doutaient encore, voici la brillante affirmation de sa singularité en tant que chanteur. Les arrangements sont finalement très minimalistes. Une guitare qui martèle deux notes et c’est à peu près tout pour Blood of the Lamb qui dégage pourtant une grosse intensité. Des bruits d’animaux et d’eau enregistrés dans la jungle de Guyane constituent non seulement les morceaux de transition, mais viennent habiller les ‘vrais’ morceaux chantés. Et entendre un singe en fond, c’est finalement tout ce qu’il faut pour rendre I’ll Fly Away intéressant.

Oui, on aurait pu retrouver All Fo’ You sur un de ses albums récents. Il faut dire que les paroles « You took the hammer you knocked my head, you took the razor cut my throat, all fo’ you baby, all fo’ you” semblent aller très bien à l’univers plutôt noir de Xiu Xiu. Mais qui trouve ici des accents plus apaisés. Sa voix de tête sur le très joli Church In The Wild Woods n’est pas sans rappeler un Perfume Genius qui serait passé du côté trouble de la force.

Les exercices de Xiu Xiu en marge de la discographie plus régulière sont une inépuisable source de curiosité. S’il arrive qu’ils se révèlent un peu rudes comme quand il se frotte à Nina Simone ou bidouille avec Eugene Robinson, il peut aussi mettre sa personnalité d’interprète au service de chansons hors d’âge et s’en sortir avec les honneurs, montrant qu’il peut tout simplement être touchant avec une guitare et sa voix (et un peu de sons de jungle). Plus facile d’accès, ce qui n’est finalement qu’une escapade se révèle un bien bel album qui montre une nouvelle facette du talent de James Stewart.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)