Accueil > Musique > 2014 > Delaney Davidson - Swim Down Low

Delaney Davidson - Swim Down Low

lundi 19 mai 2014, par Marc


Quand la technologie permet tout ou presque, et que la nouveauté ne semble plus être synonyme de progrès, la tentation est grande de se retourner vers le passé. En photo, il y a maintenant pléthore de filtres Instagram ou Hipstamatic qui très souvent sont souvent que des cache-misère, pour ceux qui pensent que l’image de leur assiette ou de leur chien deviendra merveilleuse si elle ressemble à un polaroïd de 1974. Mais il y a aussi un retour à d’autres procédés véritablement anciens qui mettent en avant le côté artisanal et véritablement aléatoire du procédé (collodion humide, gomme bichromatée, j’en passe et des meilleures).

En musique aussi, il suffit d’un simple clic pour retrouver le craquement d’un vinyle ou l’ampleur d’une cathédrale mais on ne peut pas dire pour autant que ça favorise l’empilement des chefs-d’œuvre. Parce que l’authenticité ne se décrète pas, elle se perçoit. Et on peut dire qu’on en a toujours détecté chez ne Néo-Zélandais Delaney Davidson. Son album précédent regorgeait de jolies choses poisseuses à souhait et on était curieux d’entendre la suite.

La pochette est très belle et semble figer dans le temps cette musique qui a pris beaucoup de rondeur. Moins rêche, c’est certain, mais pas lisse et sans aspérités pour autant. Le point d’équilibre est atteint dès le premier morceau, qui montre qu’il ne s’écarte finalement pas d’un sud des Etats-Unis fantasmé. Plus enlevé et tout à fait digeste donc.

Delaney Davidson n’est pas venu seul, il revient avec tous ces fantômes. Celui de Tom Waits évidemment, mais aussi de Bowie dont il exhume les premiers pas le temps d’Old Boy ou encore Lou Reed (Dogs Of Love). Mais ces références ronflantes ne sont pas trop prendre au premier degré. Il y a toujours cette petite distance ironique qui emballe le tout. Il ne surjoue jamais ses balades meurtrières, ce qui les rend à la fois plus proches et coupe toute velléité de ridicule à Rise and Shine. On a envie de croire ces histoires, on croit ce blues originel. On accorde donc de l’authenticité à cet artiste.

Life is a dog/And you are the bone dit It’s All Fun pourtant la vie qui avance va plutôt bien à Delaney qui lisse le son sans vergogne sans donner l’impression d’avoir fait un pacte avec le diable, probablement rencontré à une intersection comme celui de Robert Johnson.

http://www.delaneydavidson.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)