Accueil > Musique > 2014 > Fujiya & Miyagi - Artificial Sweeteners

Fujiya & Miyagi - Artificial Sweeteners

lundi 26 mai 2014, par Marc


Un jour elle est arrivée dans la cour de récré. Vous la connaissiez, vous n’y aviez plus prêté attention depuis le jour où on vous l’avait présenté. Mais aujourd’hui, son entrée était un peu différente. Rien de décelable, pourtant, presque malgré vous, vous avez tourné la tête. Certes, vous vous rappelez que vous aviez déjà connu une mue pareille. D’autres filles étaient devenues tellement populaires que leur aura débordait de l’enceinte de l’école, vous aviez dû rencontrer des personnes l’admirant pour de bien mauvaises raisons.

Vous m’avez vu venir avec mes gros sabots, cet album du groupe anglais Fujiya & Miyagi est une bonne surprise qui pourtant ne rompt pas brutalement la continuité de leur discographie. Impossible de ne pas penser à Caribou, qui a tellement réussi sa mue que visiblement personne ne se souvient de ce qu’ils faisaient avant (et qui était pourtant formidable). C’est donc un peu pareil mais un peu mieux, ce que du reste j’avais ressenti à l’époque de Ventriloquizzing.

Le chant est toujours aussi étouffé et répétitif. Mais ça fait partie de leur charme et maintenant que la musique a évolué, ce contraste est encore plus marqué et marquant. Leur kraut cotonneux était séduisant, certes, hypnotique même parfois, mais on a attendu un peu avant de les suivre plus inconditionnellement. Ils n’ont d’ailleurs pas encore renoncé à leurs tentations krautrock sur Rayleigh Scattering et on peut les en remercier.

Etape par étape, palier par palier, Fujiya et Miyagi grandit et agrandit sa palette. Sur Flaws, il y a tout, quelques notes de guitares entêtantes et puis une remontée qu’on n’attendait même pas. Plus inattendue est la présence de l’électronique, voire même de sons carrément funk eighties sur Acid To My Alkaline. Tetrahydrofolic Acid est en tout cas dans une drôle de transe. Quant à la combinaison de basse et de guitare acide de Daggers, elle évoque rien moins que Wire, groupe qu’on ne peut rapprocher en aucun cas de la moindre velléité de cocooning. Leur science du son s’est affinée et on le sent sur Vagaries Of Sound, qui repart en mode presque purement électronique. Ou alors dans la seconde partie plus dense du joli de Little Stabs at Happiness.

Alors, serait-ce le Swim de Fujiya & Miyagi ? Si on ne peut pas encore préjuger du succès éventuel de cet album, il faut admettre que par petites touches, ils arrivent à secouer leur (fort plaisante disons-le) torpeur. Il fallait un gros album avec de gros morceaux pour mettre la théorie en pratique, et on peut dire qu’on le tient ici.

http://www.fujiya-miyagi.co.uk/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)