Accueil > Musique > 2014 > Her Name Is Calla - Navigator

Her Name Is Calla - Navigator

vendredi 20 juin 2014, par Marc


Il y a des noms qu’on retient, comme ça, sans trouver l’occasion d’aborder ce qui se cache derrière. Dans le cas d’Her Name is Calla, il a fallu compter sur le hasard d’une première partie convaincante d’Iliketrains pour qu’on se dise qu’il fallait absolument se pencher sur le cas de la formation anglaise.

Alors, post-rock ou pas ? Et si on décidait qu’on n’allait pas y répondre ? Ou plutôt si, et évacuer toutes ces comparaisons. De la musique instrumentale, il ne subsiste guère que des traces d’esprit (Meridian Act) et surtout un goût de l’ample et de la montée qui fait mouche comme la plage titulaire qui est sympa et joli, vraiment bien (un arpège indique que les choses vont changer) puis magnifique avec la fin somptueuse.

Dans ces musiques qui peuvent sans sourciller passer de l’intime à l’ample (ou même pratiquer les deux en même temps), ils peuvent compter sur un instrument imparable : le violon. Accompagné ou pas d’un violoncelle, il magnifie souvent les morceaux. En force pour souligner les quatre pulsions de Meridian Act, en douceur pour faire Burial un grand moment poignant, ou en apesanteur pour la montée finale de Navigator.

Le chanteur a en tout cas une belle voix quand il entame The Back Of A Nightingale, et aussi quand il s’aventure sur le terrain long en bouche, tout en tension suspendue de Radiohead le temps de Ragman Doll. Il y a donc de la jolie mélodie (Whale Fall), mais aussi des choses plus sombres et envoûtantes (It Was Flood).

Cet album qui prend un tout petit peu de temps pour se lancer révèle un côté plus subtil que les puissantes prestations du groupe. Surtout qu’ils n’hésitent pas à insérer de temps à autres une petite transition plus rêveuse (A Second Life), à l’opposé de la longue digression du final Dreamland.

On a déjà dit pour d’autres à quel point on goûtait la propension de certains groupes à mêler la finesse et la simplicité d’écriture folk à l’ample ferveur post-rock. Le premier My Latest Novel il y a longtemps, River Whyless plus près de nous (Dry The River dans ses bons moments, aussi), et maintenant Her Name Is Calla réussissent chacun à leur façon leur mélange. La formation du jour présentant un spectre plus large encore. Vous avez compris, si vous visitez ce site régulièrement, c’est indéniablement un conseil d’ami.

http://hernameiscalla.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)