Accueil > Musique > 2014 > Leaf House - LLEEAAFFHHOOUUSSEE

Leaf House - LLEEAAFFHHOOUUSSEE

lundi 30 juin 2014, par Marc


Savoir attendre qu’une mode passe, c’est peut-être le moyen le plus sûr de ne pas passer pour de vils copieurs. Parce qu’il ne faut pas se voiler la face, après avoir entendu dix secondes de Leaf House, de très encombrantes références vous viendront immanquablement en tête. Disons tout de suite Animal Collective comme ça c’est fait.

Alors, oui, On dirait vraiment que Panda Bear et Avey Tare se sont déplacés sur Four Walls mais on se rend aussi compte que c’est le traitement des voix qui est la partie la plus référencée. Au fil des écoutes, on intègre progressivement cette donnée et on accorde son attention aux morceaux eux-mêmes et la gratification vient d’elle-même.

Notamment parce qu’ils savent varier les ambiances et les rythmes. Avec des temporisations et des remises en marche (Go Outside et sa basse bien ronde), de la grosse prise de densité sans perdre la fraicheur pop (Feel Safe) ou encore du soleil à tous les étages (Not That Sad). Parce qu’il y a des mélodies Four Walls comme des bidouilles électroniques plus poussées, avec rythme plus lancinant et voix encore plus triturées Spine Sippin.

On vous avait parlé de leur premier EP et là, c’est carrément mieux. Le groupe a grandi de deux tailles d’une fois. La première taille pour faire mieux la même chose. La seconde pour introduire de l’électricité dedans. C’est qu’il y a une vraie solidité. Pas de cache-misère électronique, ils ont trouvé une voie et s’y engouffrent avec un bel appétit. Dancing Shades a la puissance électrique des bons Grizzly Bear ou Department of Eagles. Oui, rien que ça…

Ne jouons pas les naïfs, il n’y a rien d’inattendu ou fondamentalement nouveau ici. Ce qui est réjouissant par contre, c’est la vigueur et l’entrain à faire de ce qui est devenu un poncif une jolie suite de morceaux qui collent parfaitement à l’ambiance estivale. Non, on n’avait presque rien vu venir. Le modèle étant parti vers d’autres cieux, la place vacante va décidément bien à ces Liégeois (sur le label Jaune Orange qui diversifie avec pertinence) qu’on n’attendait pas à ce niveau-là. Ah oui, ils arrivent à rendre tout ça sur scène, ce qui n’est pas une mince performance.

http://leaf-house.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)