Accueil > Critiques > 2014

Fink - Hard Believer

mardi 12 août 2014, par Marc

En facteur


Partir en facteur est, dans le langage cycliste, un faux démarrage. Le coureur se place en avant, mine de rien, et accélère sans presque avoir l’air de le faire. Il faut une grande force pour y arriver, et si c’est peu spectaculaire, c’est diablement efficace. A condition d’avoir les jambes qui suivent.

Spectaculaire et clinquant ne sont pas deux épithètes qu’on associe à la musique de Fink. Mais une fois qu’on y a goûté, qu’on a fondu pour cette intensité rentrée, c’est carrément addictif. On avait constaté que ses albums, tout en gardant les mêmes caractéristiques, comportaient plus de morceaux immédiats et d’une force peu commune. On les retrouve ici avec un plaisir non feint. Ne tournons pas longtemps autour du pot, c’est un des meilleurs albums de l’année dont on parle ici.

Premier morceau qui ne paie pas de mine, un peu terne par rapport au reste même. On retrouve le toucher de guitare un peu percussif. Il sait ménager ses effets, ne pas lâcher les bombes d’emblée. On a l’impression qu’il a poussé moins loin l’épure, que ces morceaux sont moins polis, moins froids d’aspect.

Il y a quoi dans White Flag ? Pas énormément évidemment, mais quel morceau. Un son de basse qui aurait pu aussi figurer sur le Mezzanine de Massive Attack, mais en plus atténué bien entendu, de la réverb’ sur la voix, une ambiance feutrée qui rappelle qu’on est sur une production Ninja Tune. Mais c’est un propulseur à poudre qui est largué en vol, la charge utile doit encore venir.

Et elle déboule sur Pilgrim, qui monte, monte, crée une intensité folle avec quelques mots (‘From small beginnings’ dans ce cas). Cet art de l’économie lui permet de générer de la tension en un simple martellement binaire. Pour une des toutes premières fois, sa retenue peut se faire exultation. Et il arrive à encore pousser le bouchon plus loin avec Sheakspeare.

Les paroles (Oh why do they teach us Shakespeare/when we’re only sixteen/and no idea/what it all means) sont assez éclairantes quand on les ramène à sa faculté d’inlassablement remettre ses chansons sur le métier pour en tirer le meilleur. Certes, il laisse les guitares vrombir plus qu’à son habitude mais c’est surtout parce qu’il a su créer les conditions de l’intensité qu’elle explose.

Now we know/where we are/where we stand/And where we fall/Apart. Il faut plus que le talent, il faut aussi l’expérience pour accoucher d’un album pareil ; Fink n’a sans doute pas fini de nous surprendre. Alors qu’il maitrise toujours l’art de faire beaucoup avec l’impression d’en faire peu, il arrive ici à passer la surmultipliée. C’est moins subtil sans doute mais emporte l’adhésion sans doute aucun. Gagner en force sans compromettre sa finesse, c’est le tour de force réussi ici par Fink

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de (...)