Accueil > Critiques > 2014

This Will Destroy You - Another Language

jeudi 11 septembre 2014, par marc


On a déjà dit que la critique d’albums post-rock s’apparentait un peu à l’exercice du goûteur d’eau, sommé de tracer des différences plus que subtiles entre des liquides qui se ressemblent peu ou prou. Pourtant, certains groupes ont eu le bon goût de faire montre de suffisamment de personnalité pour nous faciliter la tâche.

Ce n’est donc pas la première fois qu’on vous parle de This Will Destroy You, qui a réussi à sortir assez vite des références à son encombrant voisin texan (Explosions In The Sky) pour tracer sa propre route sans rien devoir à personne.

Comme sur l’album précédent, le morceau d’introduction est le plus impressionnant. Des petits arpèges pour dire et puis on envoie le gros son. Enfin, pas un déboulement de testostérone, mais une texture, une forme presque. Et ce n’est pas un magma informe, ils gardent toujours une ligne mélodique claire, laissant de l’espace pour des sons de cloche. Et on se retrouve comme souvent assez démuni au moment de parler de cette musique, abstraite et très portée sur l’évocation.

C’est aussi parce qu’on sent qu’il finira par monter qu’on laisse la tension s’installer sur Dustism. War Prayer finit aussi par s’emballer doucement, presque à contrecœur. Parfois aussi, on se résigne à ce que ça ne monte pas vraiment. Mother Opiate reste donc complétement au sol. Ce n’est donc pas la recherche permanente de l’adrénaline. Pas d’effets de manche, certes, mais le risque est de voir l’écoute cantonnée à la tâche de fond, à l’illustration sonore. D’une manière générale, il y a aussi beaucoup de drone en arrière-plan (Serpent Mound), ce qui crée un climat certes, mais pas énormément d’excitation non plus. Il y a pour moi trop de moments calmes, trop peu de grosses prises d’intensité. Et, fatalement, l’attention décroche de temps à autre.

On connait maintenant bien les méthodes de This Will Destroy You, et on sait à quel point ils ont pu les transcender pour produire du plaisir auditif pur. Sans doute que l’accumulation d’albums dans un genre aussi balisé que le post-rock nous permet moins d’en dégager toute la substantifique moelle, mais cet album correct en leur chef marque tout de même un léger tassement au vu de leurs performances passées.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)