Accueil > Critiques > 2014

My Brightest Diamond - This Is My Hand

lundi 22 septembre 2014, par marc


C’est toujours la même histoire. La façon dont on a découvert un artiste conditionne le regard qu’on a sur lui par la suite. Par exemple, sur la foi de l’album de Clogs et d’All Things Will Unwind, je prenais Shara Worden pour la chanteuse de garde dès qu’un artiste avait besoin d’assouvir une nostalgie du bel canto.

La modernité de cet album m’a donc logiquement paru incongrue lors des premières écoutes. Or c’est elle, alliée à la voix de Shara Worden qui fait de cet album une bien belle surprise. Créatrice de musique au même titre qu’un Andrew Bird, Worden trouve ici un bel équilibre.

Evidemment, ses performances vocales sont toujours à l’avant-plan mais sans esbroufe ni démonstration excessive. Peu de chanteuses peuvent lancer d’une note Looking At The Sun. Mais cette technique est surtout au service de morceaux forts. This Is My Hand monte bien, prend une épaisseur de bon morceau de pop froide et faussement distante avec une belle pulsation. Elle suit le tempo sans jamais donner l’impression de se presser sue le beau et puissant Before The Words.

Il y a finalement peu de chanteuses qui peuvent passer outre leur technique pour livrer une musique aventureuse et dense. On pense à Roisin Murphy au temps de Ruby Blue (Lover/Killer) ou à St Vincent (I’m Not The Bad Guy avec sa basse que ne renierait pas Spoon).

Il y a un peu de mélancolie là-dedans et ce mélange chaud/froid est assez réussi (comme chez les deux artistes citées). Seule source de frustration, tous les morceaux percutants, sont placés d’emblée, comme si elle avait voulu livrer une face ‘A’ et une face ‘B’. Répartir plus équitablement les hauts faits et le reste aurait aidé à avoir une meilleure perception moyenne. So Easy peine à passionner et le vrombissant Shape est un peu plus mou.

Mais c’est du pinaillage. Shara Worden vient de sortir un album fort, et profite de sa voix exceptionnelle pour donner sa vision de la musique moderne.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)