Accueil > Critiques > 2014

Jenny Hval & Susanna - Meshes Of Voice

jeudi 18 septembre 2014, par marc


On ne peut pas dire qu’on connaisse énormément de chanteuses norvégiennes. Suédoises, ça oui. Par contre, on connait bien Susanna Walumrod, qu’on a croisé seule ou avec son Magical Orchestra (d’un seul membre rappelons-le). J’avoue par contre ne rien connaitre de Jenny Hval. Et c’est sans doute un tort à réparer au plus vite tant il y a de bonnes choses dans ce disque qui prolonge une rencontre de 2009.

Plus aride que prévu, bien plus aventureux que les voyages immobiles de Susanna, cet album signe une collaboration bien convaincante entre deux artistes visiblement complémentaires. Sur Black Lake, des sons distordus viennent tempérer le calme du piano et les jolies voix. C’est de la belle chanson, certes, mais surtout rehaussée d’une bonne couche d’expérimentations sonores (légères, ne fuyez pas…).

Donc, ce joli objet n’est pas destiné à tailler des croupières à la sagesse (pensez à Agnès Obel par exemple), mais à tempérer la douceur d’un piano-voix occasionnel par une évocation subtile ou plus aventureuse. En gros, si vous penser que Björk c’est bien mais pas quand elle délire, vous aurez intérêt à passer votre chemin. On pense d’ailleurs énormément à l’Islandaise sur I’ve Walked This Body. Par contre si vous avez un penchant prononcé pour Anita Lane ouJoanna Newsom, vous risquez bien de succomber pour ce fruit vénéneux. Le ton détaché de Milk Pleasures rappelant cesbelles heures de la musique aride mais passionnante.

Mais la réussite de cet album tient sans doute dans l’équilibre entre joli (Mirror In My Mouth, Dawn) et occasionnel drone bien distordu (I Have Darkness) qui éloignera les amateurs de jolies choses. Des voix, des échos, et rien d’autre et elles créent une balade dans les bois pour le moins inquiétante (Thirst That Resembles Me)

Impossible de confondre les deux voix. Jenny Hval est en tous cas une grande vocaliste. Ce qui veut dire que sa voix est belle, certes, mais surtout qu’elle transmet beaucoup à travers elle, rendant Medusa assez impressionnant. Tour à tour passionnant et énervant, aride et enchanteur, l’album des Norvégiennes n’est donc pas un album qui cherche à plaire à tout prix, et l’audience s’en trouve sans doute sensiblement réduite. Il n’en reste pas moins que pour des esprits curieux comme vous, c’est un conseil.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Jenny Hval & Susanna - Meshes Of Voice 22 septembre 2014 16:59, par Mathusalem

    Bien bel album que celui-ci... Tant qu’à faire, puis-je me permettre de vous conseiller « Medea » (2008) de Rockettothesky (C’est comme ça qu’elle se faisait appeler, Jenny Hval, la décennie précédente), cette chose est tout bonnement féerique.
    Bonjour chez vous...

    repondre message

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)