Accueil > Musique > 2014 > Jenny Hval & Susanna - Meshes Of Voice

Jenny Hval & Susanna - Meshes Of Voice

jeudi 18 septembre 2014, par Marc


On ne peut pas dire qu’on connaisse énormément de chanteuses norvégiennes. Suédoises, ça oui. Par contre, on connait bien Susanna Walumrod, qu’on a croisé seule ou avec son Magical Orchestra (d’un seul membre rappelons-le). J’avoue par contre ne rien connaitre de Jenny Hval. Et c’est sans doute un tort à réparer au plus vite tant il y a de bonnes choses dans ce disque qui prolonge une rencontre de 2009.

Plus aride que prévu, bien plus aventureux que les voyages immobiles de Susanna, cet album signe une collaboration bien convaincante entre deux artistes visiblement complémentaires. Sur Black Lake, des sons distordus viennent tempérer le calme du piano et les jolies voix. C’est de la belle chanson, certes, mais surtout rehaussée d’une bonne couche d’expérimentations sonores (légères, ne fuyez pas…).

Donc, ce joli objet n’est pas destiné à tailler des croupières à la sagesse (pensez à Agnès Obel par exemple), mais à tempérer la douceur d’un piano-voix occasionnel par une évocation subtile ou plus aventureuse. En gros, si vous penser que Björk c’est bien mais pas quand elle délire, vous aurez intérêt à passer votre chemin. On pense d’ailleurs énormément à l’Islandaise sur I’ve Walked This Body. Par contre si vous avez un penchant prononcé pour Anita Lane ouJoanna Newsom, vous risquez bien de succomber pour ce fruit vénéneux. Le ton détaché de Milk Pleasures rappelant cesbelles heures de la musique aride mais passionnante.

Mais la réussite de cet album tient sans doute dans l’équilibre entre joli (Mirror In My Mouth, Dawn) et occasionnel drone bien distordu (I Have Darkness) qui éloignera les amateurs de jolies choses. Des voix, des échos, et rien d’autre et elles créent une balade dans les bois pour le moins inquiétante (Thirst That Resembles Me)

Impossible de confondre les deux voix. Jenny Hval est en tous cas une grande vocaliste. Ce qui veut dire que sa voix est belle, certes, mais surtout qu’elle transmet beaucoup à travers elle, rendant Medusa assez impressionnant. Tour à tour passionnant et énervant, aride et enchanteur, l’album des Norvégiennes n’est donc pas un album qui cherche à plaire à tout prix, et l’audience s’en trouve sans doute sensiblement réduite. Il n’en reste pas moins que pour des esprits curieux comme vous, c’est un conseil.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Jenny Hval & Susanna - Meshes Of Voice 22 septembre 2014 16:59, par Mathusalem

    Bien bel album que celui-ci... Tant qu’à faire, puis-je me permettre de vous conseiller « Medea » (2008) de Rockettothesky (C’est comme ça qu’elle se faisait appeler, Jenny Hval, la décennie précédente), cette chose est tout bonnement féerique.
    Bonjour chez vous...

    repondre message

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et l’autre qui sautille entre classique et une forme de pop avancée, l’univers de Friedrich Brückner semble (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)