Accueil du site > Musique > 2014 > Simon Dalmais - Before and After

Simon Dalmais - Before and After

vendredi 3 octobre 2014, par Marc


Simon Dalmais est le frère d’une certaine Camille Dalmais, mieux connue sous le nom de ‘cette dingue de chanteuse Camille’. Mais à part quelques collaborations avec sa sœur, la fraternité est ici plutôt anecdotique puisqu’il est compliqué de faire plus éloigné que ces deux univers musicaux.

En effet, Simon Dalmais aime la musique sage. Mais pas sans panache. Tiny donne le ton, léger mais pas évanescent, pour présenter une pop classieuse et majoritairement en anglais. Et très anglaise puisque c’est clairement de l’autre côté de la Manche que le Français va puiser son inspiration et ses références. On pense par exemple à Neil Hannon (Divine Comedy) quand il sort un peu de violon sur The Longest Night. Et puis s’il chante occasionnellement en français, c’est sans doute la langue de là-bas qui sied le mieux à sa musique.

Pourtant il y a quelque chose de fondamentalement français dans cette façon d’aborder la musique qui tend occasionnellement vers les ‘lounge’ d’hôtels. Ils sont en effet nombreux dans l’hexagone à avouer un amour immodéré pour cette distinction-là et une façon de bien faire les choses qui remonte aux années ’70. Il n’y a qu’à voir la fascination qu’exerce encore un Jean-Claude Vannier (le formidable arrangeur des grands Gainsbourg) sur des auteurs aussi variés d’Arnaud Fleurent-Didier, Biolay ou Delerm. Simon Dalmais s’éloignant plus nettement de l’aspect ‘chanson’.

Je ne vous cacherai pas que des noms comme Demy ou Legrand me donnent des envies de boire de l’acide. Pourtant, à chaque fois, me replonger dans cet album m’est apparu comme une pause bienvenue, comme une bulle d’insouciance dans la lourdeur. Surtout que Dalmais est moins moite et kitsch que Sébastien Tellier avec qui il a collaboré.

Il n’hésite pas à se lancer dans un court morceau plus brouillardeux de temps à autre (Kamakura) qui sert d’introduction à un bien réussi Along With My Son. Et puis les instrumentaux ne sont pas rares non plus.

Très légère, évanescente, cette musique se joue sans doute en smoking blanc sur un grand piano dans une station balnéaire en toute fin de saison. C’est une évocation tout à fait inévitable pour moi. ‘Elégant’ est sans doute le qualificatif qui convient le mieux à cet album assez intemporel, souvent sur le fil entre classe et un kitsch qui est chaque fois évité de justesse.

http://www.simondalmais.fr/

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0