Accueil > Musique > 2014 > David Thomas Broughton & Juice – Sliding The Same Way

David Thomas Broughton & Juice – Sliding The Same Way

mercredi 15 octobre 2014, par Marc


Certains chanteurs sont un peu plus que des chanteurs. Et ce n’est pas toujours une bonne chose parce que la musique de David Thomas Broughton mêlés à un sens du spectacle un peu personnel rend ses prestations scéniques un brin horripilantes. Mais bon, une reprise par Shearwater du très beau Ambiguity nous a ramenés à des sentiments meilleurs. Et tant mieux, parce qu’il aurait été dommage de passer à côté de cette collaboration avec le trio vocal Juice Emsemble.

Tout seule, la voix la voix est belle, un rien maniérée, assez proche d’un Piers Faccini pour fixer les idées. Le renfort du trio, l’urgence d’un enregistrement visiblement très court, tout contribue à faire de cet album un happening assez prenant.

Parce que si certains artistes se sont fait une spécialité d’appuyer fortement leur décalage (Camille, Björk, liste non exhaustive), on sent que l’état d’esprit de Broughton est assez perturbé. Le résultat n’est pas un psychédélisme débridé et lysergique, mais un ton inquiétant, comme si on sentait un petit malaise, un danger presque.

Les voix du Juice Ensemble, à ce titre, interviennent de façon assez pertinente. Ces quatre-là se comprennent visiblement. Et elles peuvent jouer sur plusieurs registres, apporter plusieurs éclairages à ces morceaux. The Assurance a de belles mélodies, une belle voix, des harmonies répétitives. Mais on sent poindre une rupture potentielle. Mais ils peuvent aussi se lancer dans un exercice a capella très pastoral (Woodwork) ou encore proposer un morceau où ils s’accordent dans le même sens et qui en devient une vraie belle réussite (The Promise).

Il est fou ou il fait le fou ?’ était un gimmick de la BD Germain et Nous et je dois bien avouer que la question m’a un peu taraudé pour David Thomas Broughton. Mais ce qui compte dans ce cas, c’est le résultat et ce que le Juice Ensemble et lui arrivent à faire ensemble donne une touche de liberté et d’instabilité à la douceur de leurs voix.

http://www.davidthomasbroughton.co.uk/news/
http://www.juicevocalensemble.net/site/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)