Accueil > Critiques > 2014

David Thomas Broughton & Juice – Sliding The Same Way

mercredi 15 octobre 2014, par Marc


Certains chanteurs sont un peu plus que des chanteurs. Et ce n’est pas toujours une bonne chose parce que la musique de David Thomas Broughton mêlés à un sens du spectacle un peu personnel rend ses prestations scéniques un brin horripilantes. Mais bon, une reprise par Shearwater du très beau Ambiguity nous a ramenés à des sentiments meilleurs. Et tant mieux, parce qu’il aurait été dommage de passer à côté de cette collaboration avec le trio vocal Juice Emsemble.

Tout seule, la voix la voix est belle, un rien maniérée, assez proche d’un Piers Faccini pour fixer les idées. Le renfort du trio, l’urgence d’un enregistrement visiblement très court, tout contribue à faire de cet album un happening assez prenant.

Parce que si certains artistes se sont fait une spécialité d’appuyer fortement leur décalage (Camille, Björk, liste non exhaustive), on sent que l’état d’esprit de Broughton est assez perturbé. Le résultat n’est pas un psychédélisme débridé et lysergique, mais un ton inquiétant, comme si on sentait un petit malaise, un danger presque.

Les voix du Juice Ensemble, à ce titre, interviennent de façon assez pertinente. Ces quatre-là se comprennent visiblement. Et elles peuvent jouer sur plusieurs registres, apporter plusieurs éclairages à ces morceaux. The Assurance a de belles mélodies, une belle voix, des harmonies répétitives. Mais on sent poindre une rupture potentielle. Mais ils peuvent aussi se lancer dans un exercice a capella très pastoral (Woodwork) ou encore proposer un morceau où ils s’accordent dans le même sens et qui en devient une vraie belle réussite (The Promise).

Il est fou ou il fait le fou ?’ était un gimmick de la BD Germain et Nous et je dois bien avouer que la question m’a un peu taraudé pour David Thomas Broughton. Mais ce qui compte dans ce cas, c’est le résultat et ce que le Juice Ensemble et lui arrivent à faire ensemble donne une touche de liberté et d’instabilité à la douceur de leurs voix.

http://www.davidthomasbroughton.co.uk/news/
http://www.juicevocalensemble.net/site/

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)