Accueil > Musique > 2014 > The Rural Alberta Advantage - Mended With Gold

The Rural Alberta Advantage - Mended With Gold

mercredi 29 octobre 2014, par Marc

Canadians do it better


‘Indie canadien’ est presqu’un genre en soi qui a connu son heure de gloire il y a quelques années. Et maintenant qu’il n’y a plus vraiment de courant dominant, certains ont continué, la plupart ont arrêté ou se sont tournés vers d’autres horizons, Arcade Fire restant l’exemple le plus marquant. Mais sans qu’on sache trop pourquoi, les gens de ce pays pratiquaient mieux que les autres ce son faussement débraillé et arrivaient mieux que d’autres à transmettre leur envie. Arrivés un peu par hasard à nos oreilles en 2008, The Rural Alberta Advantage symbolisait une des formes les plus abouties du genre. Deux albums et six ans plus tard, on remarquera que rien n’a fondamentalement changé, et c’est très bien comme ça.

Après 20 secondes environ, on les retrouve entièrement. Il y a toujours cette voix très éraillée, et surtout une batterie très énergique et poussée très en avant. C’est autour d’elle que ces morceaux s’articulent. Et puis il y a quelques morceaux bien hénaurmes, quelques envolées bien senties avec des hou-hou dedans (Terrified). D’accord, on connait ces ficelles par cœur, mais quand elles sont servies avec autant d’entrain, impossible de faire le ronchon de service. 45/33 aussi qui attaque franco, sans temps mort et frappe juste à chaque fois.

Allez-vous résister à la mélodie limpide de This City ? Je parie que non. Ils ont d’ailleurs la bonne idée de ne pas tout aborder en force, ce qui rend l’écoute plus gratifiante qu’épuisante. Ils insèrent donc du mid-tempo avec des morceaux de slide dedans. Ou alors démarrent On The Rocks tout en douceur pour qu’on puisse se rendre compte à quel point la mélodie est limpide. Puis ils utilisent deux voix pour le pousser en avant. On y croit, on pousse avec eux et, forcément, on est conquis

L’Alberta rural n’a sans doute pas que des avantages, surtout si on considère qu’il y déjà neigé au mois de septembre. Pourtant, il semble que c’est un bien beau terroir pour faire pousser quelques groupes plein de vitalité. Le son de The Rural Alberta Advantage s’étoffe un peu mais on est très loin de la surproduction. Et ils montrent qu’ils restent encore quelques crans d’intensité au-dessus que d’autres groupes ayant décroché la timbale (Of Monsters And Men, c’est vous que je vise).

Queue de comète de ce qui n’a même jamais été un mouvement, The Rural Alberta Advantage est surtout l’exemple et l’archétype de ce qu’on a pu aimer chez ce genre de groupe. Suffisamment d’intensité pour viser l’intime, assez de patine pour ne pas avoir le scrupule mainstream et une sympathie spontanée, sincère et indéfectible.

http://www.theraa.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • The Rural Alberta Advantage - Mended With Gold 29 octobre 2014 22:59, par Guismo

    Assez d’accord avec toi....beaucoup de plaisir sur l’album, mais il aura tout de même du mal à détroner le premier :-)

    repondre message

    • The Rural Alberta Advantage - Mended With Gold 31 octobre 2014 14:19, par Mathusalem

      Bon, alors... par pure politesse et avec quelques doutes au départ je l’avoue, j’ai écouté... J’avais adoré le premier album...Oufti, ce "Mended With Gold" est un claque... C’est vraiment réjouissant d’entendre que ce groupe dispose encore d’un potentiel énergétique intact...dès lors que la recette reste identique et que cette .... batterie soit autant mise en avant importe peu, au contraire, moi, ça m’arrange...

      repondre message

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)