Accueil > Musique > Concerts > Fink, Vooruit, Gand, 01/11/2014

Fink, Vooruit, Gand, 01/11/2014

lundi 3 novembre 2014, par Marc


Revoir des artistes, découvrir des endroits, c’est peut-être un peu répétitif pour vous, ça reste passionnant pour nous. Le Vooruit donc, impressionnante bâtisse gantoise, peut se targuer d’une bien belle programmation. La salle de concert du soir est visiblement un ancien théâtre. Comme une AB en plus petit, et au son très propre.

La première partie est assurée par Douglas Dare. Bonne pioche au fond. Entre chant expressif au piano et un batteur plus jouasse, l’équilibre s’installe. C’est donc très cohérent avec la tête d’affiche qui l’entraine dans sa tournée européenne.

Fink aurait pu prendre son temps, démarrer doucement, nous gratifier d’un de ses morceaux-cocons comme il sait si bien les trousser. Mais non, c’est avec du calibre énorme qu’il entame les hostilités. Pilgrim est un des morceaux emblématiques de son dernier album, et est ici le meilleur des boute-feux. Il n’hésite pas non plus à aller chercher d’autres hauts faits des albums précédents, Sort Of Revolution et Yesterday Was Hard On All Of Us. Pas mal de choses ont changé depuis qu’on l’avait découvert en première partie de Soap&Skin. Tout d’abord, son look est plus prononcé. Ensuite, ses trois derniers albums sont vite devenus des favoris. Ensuite, alors qu’on l’avait vu avec un seul bassiste, c’est avec quatre (forcément excellents) musiciens qu’il déboule.

Il laisse fatalement retomber la fièvre, avec quelques morceaux plus intimistes et répétitifs, plus incantatoires presque (Wheels, Hard Believer). Mais c’est pour mieux repartir d’un incandescent Shakespeare. Et il clôturera sur une version bien boostée de Berlin Sunrise. La morceau du rappel ne sera pas identifié. Mais il sera unique et énorme. C’est bon aussi de ne pas se dissiper en rappels. L’essentiel était assuré bien évidemment. Fort et subtil, Fink croise à haute altitude et c’est à vous de ne pas le rater.

Le reste des photos est ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)