Accueil > Musique > 2014 > Ormonde - Cartographer/Explorer

Ormonde - Cartographer/Explorer

vendredi 14 novembre 2014, par Mathusalem


Février... La playlist 2014 de beaucoup d’entre nous débutait son périple à Seattle avec le très bon Brothers and Sisters of the Eternal Son de Damien Jurado, il semblerait que ce soit également de Seattle que nous viennent les échos de la dernière étape de l’année, avec le magnifique Cartographer/Explorer d’Ormonde.

Ormonde... Un exemple lumineux de ce que peut produire une parfaite synergie...

Synergie entre l’immense don vocal d’Anna-Lynne Williams et la totale maîtrise du producteur et multi instrumentiste Robert Gomez, Texan injustement méconnu , à moins qu’il ne soit volontairement discret.

D’ailleurs, on aimerait bien que le talent d’Anna-Lynne soit apprécié à sa juste valeur. Avec ce timbre de voix si intimiste et troublant qui déambule voluptueusement entre les registres vocaux d’une Hope Sandoval ou d’une Elisabeth Frazer, elle illumine littéralement de ses chants les divers albums auxquels elle a participé... il suffit pour s’en convaincre d’écouter des choses comme Different Stars et Having » de Trespassers Williams, à moins que les productions plus intimistes ne vous tentent, auquel cas « China Mountain » ou « Until » de Lotte Kestner, son projet solo, devraient vous offrir beaucoup de joie. Les gens de Chemical Brothers ne s’y sont d’ailleurs pas trompés en l’invitant à déposer sa voix sur un Hold Tight London pleinement réussi. Quant au talentueux Robert Gomez, il a travaillé avec et pour des gens comme Sarah Jaffe, Norah Jones, Phillip Glass... De solides références, somme toute...

La complémentarité de leurs compétences respectives nous avait déjà frappé avec l’album Machine, sorti en 2012, mais ce merveilleux Cartographer/Explorer devrait cette fois, en admettant que le monde soit juste et bien fait, leur accorder la reconnaissance qu’ils méritent.

Évidemment, on pourrait s’amuser à démonter l’album fragment par fragment, déboîter le puzzle pièce par pièce afin d’en décortiquer l’âme, mais cet ensemble harmonieux mêlant de subtiles alternances de Folk intello et d’une espèce de Trip-Hop introspectif aux cadences à la fois apaisantes et troublantes, méritait qu’on l’aborde dans sa globalité, qu’on l’affronte comme on affronte les délices d’un demi-sommeil, dans un état hypnagogique propre au spleen nocturne, là où l’ambiguïté spatio-temporelle se discerne en demi-teintes, en jouant les entre-jeux.

Il suffit donc de lâcher prise, de se laisser porter par ces mélodies qu’on dirait découpées avec soin dans du papier de soie, agréablement continues, sans hit potentiel, mais sans temps mort non plus, pour trouver cet album terriblement envoûtant.

Ensuite ? Tout se termine doucement, sans heurt, à l’image de ces aubes calmes où les angoisses et les désirs s’effilochent une fois revenus l’aurore et ses bruits de rue.

Cartographer/Explorer gagnerait à être rangé aux côtés des albums de The Earlies, ce groupe americano-britannique qui mêlait avec maestria la fluidité des élans Americana des uns avec les envolées nettement plus européennes des autres.

On termine donc cette année comme on l’avait entamée, impeccablement, en écoutant cet album regorgeant de fort jolies choses titillant de soudaines envies de flâneries cérébrales, parfois bienveillantes, parfois absconses, de celles qu’on découvre vers trois heures du matin,au gré d’une quelconque insomnie, accoudé au balcon d’un appartement avec vue sur les Olympic Mountains, ou le Puget Sound, ou alors chez soi, plus prosaïquement.

Quoiqu’il en soit, on peut désormais vous souhaiter d’agréables nuits, et qu’elles soient sporadiquement placées sous le signe du demi sommeil ne devrait dorénavant plus vous effrayer, si vous possédez cet album du moins.

Résumons nous, ça s ’appelle Cartographer/Explorer c’est fait par Ormonde, c’est sorti ce 3 novembre chez Gizeh Records, et je tiens là un de mes albums de l’année.

Bonjour chez vous

https://soundcloud.com/gizeh/sets/ormonde-cartographerexplorer

Article Ecrit par Mathusalem

Répondre à cet article

2 Messages

  • Ormonde - Cartographer/Explorer 24 novembre 2014 15:15, par Le cousin de la reine de trêfle

    Anna Lynne Williams, la voix -quelle voix !-de Trespassers William, merveilleux duo aujourd’hui disparu...à l’époque comparé, trop, avec Mazzy Star... ANNA LYNN chante pourtant avec plus de profondeur, et moins d’affectation, que HOPE SANDOVAL...
    Même remarque face à ELYSIAN FIELDS (j’en connaîs bien sûr qui ne seront pas d’accord) ; ORMONDE, dont j’avais déjà apprécié le premier opus, confirme ; remarquable !

    repondre message

    • Ormonde - Cartographer/Explorer 26 novembre 2014 08:31, par Mathusalem

      Hééé oui... On est de plus en plus nombreux à se dire... « Anna-Lynne Williams... Quelle voix ! »... Et c’est tant mieux, pour elle et pour nous. Cela dit, le travail de Mr Gomez est fort bon lui aussi, on s’extirpe un peu des clichés d’un monde musical purement US avec ces sonorités qui renvoient parfois à des références telles Ennio Morricone, par exemple, je sais, ça peut paraître désuet, mais, en fin de compte cela apporte beaucoup à l’album... Après tout, Goldfrapp avait déjà usé, avec grand bonheur, de ces références sur Felt Mountain... Bonjour chez vous !

      repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)