Accueil du site > Musique > 2014 > Einar Stray Orchestra - Politricks

Einar Stray Orchestra - Politricks

lundi 17 novembre 2014, par Marc


Einar Stray tout seul, sans Orchestra, on avait déjà beaucoup aimé ça. Chiaroscuro était plus qu’une promesse de la part d’un jeune Norvégien qu’on devine bourré de talent. Il revient accompagné d’un orchestra et le résultat est l’opposé de ce qu’on pourrait attendre d’une telle adjonction.

Je m’explique. Le premier album avait indéniablement séduit, Teppet Faller s’est depuis imposé dans nos oreilles de très nombreuses fois, mais il y avait un goût de l’hyperbole qui pourrait faire craindre qu’il ait tenté d’ajouter une couche ou l’autre. Et c’est tout le contraire qui se passe, puisqu’ils arrivent à capturer leur emphase dans un format plus compact sans perdre de verve.

Il ne faudra pas attendre longtemps pour se laisser convaincre. Honey se présente d’emblée et on pense d’abord aux morceaux ambitieux de Villagers et puis non, on sent assez vite qu’on est bien au-delà de ça. Cette poussée est vraiment puissante, maitrisée et propose d’emblée un des meilleurs moments musicaux récents. Mais que cette fin est prenante. La plage titulaire avait déjà été dévoilée il y a quelques mois et c’était tout bonnement soufflant. Ca le reste logiquement. On retrouve tout l’allant de ce morceau, sa concision qui fait mouche. Même si on n’a rien contre la musique qui prend son temps, l’attention est ici captée et jamais lâchée.

Le surprenant côté up-tempo presque généralisé aide aussi. L’entrain communicatif Montreal pourrait être l’œuvre d’un groupe canadien. Le Stars qu’on a aimé par exemple. L’engagé a-capella For The Country apparaît donc comme une curiosité, comme un trou normand an milieu de l’album. Mais ils ne se pressent pas de peur que tout flanche pour autant. Aleksander est d’une langueur à laquelle il est compliqué de résister.

On a parlé de ceux qui arrivent à injecter l’intensité des meilleurs instrumentaux dans leur musique, c’est exactement ça qu’on a ici et qu’on apprécie toujours. Maintenant que Sufjan Stevens (influence assumée tout comme Godspeed, c’est logique) est passé du côté portnawak de la force, on est contents de retrouver quelques artistes de talent capables d’encapsuler autant d’intensité dans un format compact. Alors, un concert, bien vite ? Les échos scéniques sont en tous cas très prometteurs. En attendant, l’entrain communicatif et subtil d’Einar Stray est une des jolies confirmations du moment.

http://sinnbus.bandcamp.com/album/p...

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0