Accueil > Critiques > 2014

Einar Stray Orchestra - Politricks

lundi 17 novembre 2014, par Marc


Einar Stray tout seul, sans Orchestra, on avait déjà beaucoup aimé ça. Chiaroscuro était plus qu’une promesse de la part d’un jeune Norvégien qu’on devine bourré de talent. Il revient accompagné d’un orchestra et le résultat est l’opposé de ce qu’on pourrait attendre d’une telle adjonction.

Je m’explique. Le premier album avait indéniablement séduit, Teppet Faller s’est depuis imposé dans nos oreilles de très nombreuses fois, mais il y avait un goût de l’hyperbole qui pourrait faire craindre qu’il ait tenté d’ajouter une couche ou l’autre. Et c’est tout le contraire qui se passe, puisqu’ils arrivent à capturer leur emphase dans un format plus compact sans perdre de verve.

Il ne faudra pas attendre longtemps pour se laisser convaincre. Honey se présente d’emblée et on pense d’abord aux morceaux ambitieux de Villagers et puis non, on sent assez vite qu’on est bien au-delà de ça. Cette poussée est vraiment puissante, maitrisée et propose d’emblée un des meilleurs moments musicaux récents. Mais que cette fin est prenante. La plage titulaire avait déjà été dévoilée il y a quelques mois et c’était tout bonnement soufflant. Ca le reste logiquement. On retrouve tout l’allant de ce morceau, sa concision qui fait mouche. Même si on n’a rien contre la musique qui prend son temps, l’attention est ici captée et jamais lâchée.

Le surprenant côté up-tempo presque généralisé aide aussi. L’entrain communicatif Montreal pourrait être l’œuvre d’un groupe canadien. Le Stars qu’on a aimé par exemple. L’engagé a-capella For The Country apparaît donc comme une curiosité, comme un trou normand an milieu de l’album. Mais ils ne se pressent pas de peur que tout flanche pour autant. Aleksander est d’une langueur à laquelle il est compliqué de résister.

On a parlé de ceux qui arrivent à injecter l’intensité des meilleurs instrumentaux dans leur musique, c’est exactement ça qu’on a ici et qu’on apprécie toujours. Maintenant que Sufjan Stevens (influence assumée tout comme Godspeed, c’est logique) est passé du côté portnawak de la force, on est contents de retrouver quelques artistes de talent capables d’encapsuler autant d’intensité dans un format compact. Alors, un concert, bien vite ? Les échos scéniques sont en tous cas très prometteurs. En attendant, l’entrain communicatif et subtil d’Einar Stray est une des jolies confirmations du moment.

http://sinnbus.bandcamp.com/album/politricks

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de (...)