Accueil > Musique > 2014 > She & Him - Classics

She & Him - Classics

lundi 29 décembre 2014, par Marc


On ne pourra jamais reprocher à Zooey Deschanel et M.Ward d’être des girouettes en matière d’influences. Ils n’ont jamais fait de mystère de leur admiration pour une forme surannée de pop et leurs albums semblent toujours sortir d’un vieux vinyle. Cette fois-ci, plutôt que composer des morceaux qui sont des hommages, ils ont carrément empilé une série de reprises. Ce n’est pas la première fois, ils en avaient déjà semé discrètement au long de leurs trois albums. Alors, en cette période, c’est aussi inutile de de saison qu’un album de Noël (exercice qu’ils ont déjà pratiqué du reste) et le résultat semblera sans doute encore plus déplacé une fois l’été arrivé. A moins que comme moi vous ayez oublié cet album d’ici-là.

Tous ces morceaux sont des classiques. Aux oreilles américaines du moins. Parce que je dois bien avouer qu’une bonne moitié de ce qui est présenté ici ne m’évoquait rien (ça ne sert à rien de stigmatiser ma méconnaissance, hein, je suis au courant…). Donc, pour un auditorat moins familier, c’est forcément plus compliqué.

On aurait aimé que leurs talents s’incarnent dans une musique plus moderne. La carrière de M.Ward en tant qu’artiste solo ou la filmographie de Zooey Deschanel sont en effet assez modernes, ou en tout cas moins empreint d’un passéisme sépia. C’est d’autant plus dommage que la voix de Zooey n’a jamais semblé aussi juste, forte et chaude qu’ici. La dernière note de Stars Fell On Alabama est simplement soufflante.

Oui, c’est extrêmement bien fait, et d’une finition impeccable (joli Time After Time). Ils peuvent passer de la douceur extrême de It’s Not For Me To Say à un tempo plus enlevé avec des millions de couches (Stay Awhile). Ils ne reculent devant rien, même pas reprendre Unchained Melody dans une version plutôt dépouillée ou s’attaquer au She d’Aznavour. Ils terminent par We’ll Meet Again (énorme classique) et on a envie de répondre « C’est pas sûr ».

Encore une fois, cette absence de note ne révèle que mon inintérêt pour un genre musical suranné et très peu diffusé chez nous. La muzak vintage de luxe n’étant en effet pas ma tasse d’eggnog. Il faut reconnaitre que ceci est impeccablement exécuté et il faut accepter que des gens qu’on aime beaucoup font des choses qui nous sont exactement indifférentes.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)