Accueil > Critiques > 2014

Benjamin Schoos - Beau Futur

mercredi 31 décembre 2014, par marc


Un jour Clap Your Hands Say Yeahse rendra compte que le nom ne colle plus du tout à la musique. C’est sans doute une prise de conscience du genre qui a poussé Benjamin Schoos à ne plus publier sous le nom de Miam Monster Miam, et on le comprend.

Il semble d’ailleurs compliqué pour nous d’écouter ces albums avec une oreille neuve, en faisant abstraction de ses albums de jeunesse ou de ses hilarantes parodies de DJ Cinquante Centimes mais ce n’est absolument pas perturbant. Au contraire, ce second degré affiché lui permet d’aborder des albums ambitieux comme celui-ci avec tout le sérieux nécessaire, sans devoir recourir à une ironie de façade.

On l’a déjà dit, c’est surtout le contexte, le vécu et les affinités qui le distinguent d’un Benjamin Biolay. Parce que les éléments rapprochant ces artistes sont nombreux. On sent cette science du son et de l’arrangement fouillé pour faire de Visiter la Lune un grand morceau, puissant et direct et il peut aussi compter sur un carnet d’adresse de première bourre.

On sait qu’il a autour de lui une bande fidèle de gens talentueux. Et pouvoir compter sur Jaques Duvall est un atout non négligeable. D’ailleurs, on ne sait pas toujours qui écrit quoi entre Duvall, Schoos ou Doriand mais il y a une continuité, une cohérence. Continuité également avec le retour de Laetitia Sadier qui tente avec Une Dernière Danse de refaire le coup de l’irrésistible Je Ne Vois Que Vous (et ça marche presque), tout comme J’ai Essayé De T’aimer (et ça marche moins) avec April March. Dans Les Bras De La Nuit est déclamé par Alain Chamfort soi-même et la reprise d’un morceau pas génial à la base de Timbuk3 est joliment assurée par Stef Kamil Carlens (Zita Swoon). Citons aussi La Féline et Michel Moers (Telex) et on aura presque fait le tour.

C’est bien beau d’inviter des amis mais il faut aussi assurer le fond. Et on sait dès la belle pochette qu’on est dans une veine nostalgique. Le rétro-futurisme étant une des plus sûres façons de flanquer le bourdon. On retrouve donc de courtes fantaisies avec synthés vintage mêlées de violon. On sait que dans un passé récent Get Well Soon ou Florent Marchet ont pratiqué le genre, avec des résultats parfois anxiogènes.

L’émotion, elle, peut naitre du piano du Cascadeur, histoire prosaïque et absurde qui n’est pas sans rappeler le précédent China Man vs China Girl. Il y a donc une unité mais pas mal de variations, entre les grands morceaux (Visiter la Lune) et les fantaisies sur les mots (Villa Borghini) abordées avec sérieux. Disons-le aussi, la ligne rouge est franchie pour moi (mais sans doute pas pour tout le monde) sur Le Beau Futur, le kitsch Granite et le crevant La Vuelta Del Doctor Amor. Mais bon, c’est une question de dosage, de perception personnelle.

Mine de rien, sans déclaration tonitruante, Benjamin Schoos monte en puissance. Avec un joli casting, un goût de la chose bien faite et quelques morceaux puissants, il vient en tous cas de sortir un bien bel album

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)