Accueil > Critiques > 2015

Wooden Wolf - Seven Songs Op.3

dimanche 1er février 2015, par marc


Tous les ans The Wooden Wolf sort un album dans les derniers mois et il se retrouve critiqué au début de l’année suivante. On ne veut en effet pas les gaspiller, en profiter un peu avant d’en livrer un avis. Même si on sait maintenant qu’il sera à la hauteur.

Le premier morceau avec sa voix parfaitement éraillée, ni trop ni trop peu, assez pour que l’humanité puisse sourdre, pas trop pour ne pas que ça soit une maladie du nez (ou Barzotti). Fan de Bonnie Prince Billy et de Jason Molina, il va nettement plus loin que la déclaration d’intentions et on peut en effet le placer dans cette prestigieuse lignée.

Nocturnes and Other Songs Op.2 montrait une ampleur nouvelle, quelques arrangements classieux qui lui allaient vraiment bien. Il retourne ici à une sècheresse qui lui convient tout aussi bien. On ne retrouve plus non plus l’aspect plus pop (disons plus proche d’un Elliott Smith) de certains morceaux du premier album. Autre différence plutôt frustrante même si c’est annoncé dans le titre, on ne retrouve ici que sept titres.

D’accord, on essaie souvent d’expliquer. Mais souvent, on se borne à relater. Pas ce qui se passe dans cet album, ce qui se passe chez nous. C’est donc brut, un peu nu, mais immédiatement attachant. Ça ne sonne jamais comme de la musique de feu de camp, et les apports sont toujours judicieux comme les percussions sur Not To Fight ou Mary-Ann. Parfois ces morceaux semblent être des ébauches. Pas dans l’absolu mais parce qu’on avait vraiment apprécié l’apport de violoncelle par exemple sur le magnifique album précédent. On retrouve d’ailleurs un version d’un morceau qui y figurait (When Your Body Takes).

On va reprendre notre bâton de pèlerin et profiter de cet album pour rappeler à quel point Alex Keiling est un des auteurs les plus doués de sa génération. Oui, je le trouve plus constant dans l’excellence qu’un Conor Oberst, c’est à ces hauteurs-là qu’il se situe.

http://thewoodenwolf.bandcamp.com/album/seven-songs-op-3

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)