Accueil > Critiques > 2015

Wooden Wolf - Seven Songs Op.3

dimanche 1er février 2015, par Marc


Tous les ans The Wooden Wolf sort un album dans les derniers mois et il se retrouve critiqué au début de l’année suivante. On ne veut en effet pas les gaspiller, en profiter un peu avant d’en livrer un avis. Même si on sait maintenant qu’il sera à la hauteur.

Le premier morceau avec sa voix parfaitement éraillée, ni trop ni trop peu, assez pour que l’humanité puisse sourdre, pas trop pour ne pas que ça soit une maladie du nez (ou Barzotti). Fan de Bonnie Prince Billy et de Jason Molina, il va nettement plus loin que la déclaration d’intentions et on peut en effet le placer dans cette prestigieuse lignée.

Nocturnes and Other Songs Op.2 montrait une ampleur nouvelle, quelques arrangements classieux qui lui allaient vraiment bien. Il retourne ici à une sècheresse qui lui convient tout aussi bien. On ne retrouve plus non plus l’aspect plus pop (disons plus proche d’un Elliott Smith) de certains morceaux du premier album. Autre différence plutôt frustrante même si c’est annoncé dans le titre, on ne retrouve ici que sept titres.

D’accord, on essaie souvent d’expliquer. Mais souvent, on se borne à relater. Pas ce qui se passe dans cet album, ce qui se passe chez nous. C’est donc brut, un peu nu, mais immédiatement attachant. Ça ne sonne jamais comme de la musique de feu de camp, et les apports sont toujours judicieux comme les percussions sur Not To Fight ou Mary-Ann. Parfois ces morceaux semblent être des ébauches. Pas dans l’absolu mais parce qu’on avait vraiment apprécié l’apport de violoncelle par exemple sur le magnifique album précédent. On retrouve d’ailleurs un version d’un morceau qui y figurait (When Your Body Takes).

On va reprendre notre bâton de pèlerin et profiter de cet album pour rappeler à quel point Alex Keiling est un des auteurs les plus doués de sa génération. Oui, je le trouve plus constant dans l’excellence qu’un Conor Oberst, c’est à ces hauteurs-là qu’il se situe.

http://thewoodenwolf.bandcamp.com/album/seven-songs-op-3

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)